Yémen : Un tiers de la population a du mal à avoir accès à l'alimentation

25 février 2010

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a publié jeudi une enquête qui révèle qu'une personne sur trois au Yémen a du mal à avoir accès à l'alimentation, le pays étant confronté à des affrontements dans le nord, un afflux de réfugiés de la Corne de l'Afrique et une augmentation du taux de pauvreté.

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a publié jeudi une enquête qui révèle qu'une personne sur trois au Yémen a du mal à avoir accès à l'alimentation, le pays étant confronté à des affrontements dans le nord, un afflux de réfugiés de la Corne de l'Afrique et une augmentation du taux de pauvreté.

L'étude du PAM estime que 12% de la population souffre d'insécurité alimentaire grave, et qu'un enfant sur dix est gravement sous-alimenté. En outre, un quart des femmes en âge de procréer souffrent de malnutrition.

Actuellement, l'agence de l'ONU fournit une aide alimentaire à 1,5 million de personnes chaque mois au Yémen, notamment à 250.000 personnes déplacées par les combats dans le nord.

Cette étude souligne l'ampleur des opérations dans le pays, alors que le PAM a dû approuver, au début du mois de février, un prêt de 4 millions de dollars de son fonds interne d'intervention immédiate pour ses opérations au Yémen, afin de permettre la continuation de programmes d'assistance aux déplacés.

« Ce crédit-relais couvrira le financement des opérations pour quelques semaines », avait précisé Emilia Casella du PAM, mais « si des financements de donateurs ne sont pas trouvés dans les prochaines semaines, cela va entraîner des réductions de rations et possiblement la suspension de plusieurs programmes au Yémen d'ici à la fin juin ».

L'annonce le 11 février d'un accord de cessez-le-feu entre les forces gouvernementales et les rebelles dans le nord du pays avait fait naître l'espoir chez le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon « que le cessez-le-feu tiendra et qu'il fournira une opportunité pour résoudre complètement ce conflit ».

Les combats entre le gouvernement et la rébellion ont empêché l'acheminement de l'aide humanitaire dans la région depuis le mois d'août 2009. Selon des informations parues dans la presse, le conflit remonte à 2004 et aurait fait plus de 10.000 morts, même si les autorités de Sanaa se sont toujours refusé à donner le moindre bilan des pertes civiles ou militaires.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.