L'utilisation de la 'drogue du viol' en forte augmentation, selon un rapport

24 février 2010

Les gouvernements doivent redoubler d'efforts pour combattre l'abus de drogues, particulièrement « les drogues du viol » dont l'utilisation a considérablement augmenté, a alerté aujourd'hui l'Organe international de contrôle des stupéfiants (OICS) à l'occasion de la publication de son rapport annuel.

Les « drogues du viol » sont utilisées pour attirer les victimes puis commettre des abus sexuels. Utilisés à l'insu des victimes, en général cachés dans des aliments ou des boissons, ces produits sont administrés à des doses souvent largement supérieures aux doses préconisées pour un usage thérapeutique, faisant encourir de graves risques médicaux.

Par manque de réglementation, il est facile pour des personnes malintentionnées de se procurer ces substances dans de nombreux pays, pointe l'OICS. Des substances psychotropes telles que l'acide gamma-hydroxybutyrique (GHB), placé récemment sous contrôle international, ainsi que d'autres substances qui ne sont toujours pas concernées par les Conventions internationales relatives aux drogues, comme la kétamine et le gamma-butyrolactone (GBL), sont utilisées par les criminels.

Face à cette menace, l'OICS exhorte les gouvernements à appliquer dès que possible la résolution de la Commission des stupéfiants sur l'utilisation abusive de produits pharmaceutiques et de sensibiliser davantage le public à face a l'ampleur du phénomène.

« Problème permanent, l'abus de drogues requiert une attention et une action constante. Sa prévention est une question fondamentale de santé publique », a déclaré aujourd'hui la Présidente de l'OICS, Sevil Atasoy

« Il faut que les décideurs mobilisent des ressources pour ces activités » a-t-elle ajouté.

L'Organe international de contrôle des stupéfiants (OICS) est un organe de contrôle indépendant et quasi judicaire qui est chargé de surveiller l'application des traités internationaux relatifs au contrôle des drogues.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.