CESAP : La crise mondiale a fragilisé les économies des îles du Pacifique

9 février 2010
Destructions causées par le tsunami aux Samoa américaines.

La crise économique mondiale et les récentes catastrophes naturelles ont aggravé la vulnérabilité des économies des îles du Pacifique en développement, déjà fragilisées par les crises alimentaire et énergétique, appelant des efforts supplémentaires aux niveaux national et international, a souligné mardi l'ONU.

« Les économies des îles du Pacifique sont fragiles pour différentes raisons : elles sont isolées, de petite taille, avec peu de ressources, exposées à de fréquentes catastrophes naturelles et à la montée du niveau de la mer », a rappelé Noeleen Heyzer, Secrétaire générale adjointe et Secrétaire exécutive de la Commission économique et sociale de l'ONU pour l'Asie et le Pacifique.

« Pour avancer, nous avons besoin en premier lieu de comprendre les conséquences sociales, économiques et environnementales que ces nouveaux risques ont eu dans la région », a-t-elle dit à l'ouverture d'une réunion de haut niveau avec 14 îles du Pacifique à Port Vila, capitale de Vanuatu.

« Une fois cette connaissance acquise, nous pouvons développer les stratégies appropriées pour le relèvement et des plans sur le long terme pour un développement durable », a-t-elle dit.

La réunion de Port Vila été consacrée à l'examen après cinq ans de la Stratégie de Maurice pour le développement durable des Petits Etats insulaires en développement (PEID), adoptée par 129 pays en 2005. Des ministres et des hauts responsables des îles Cook, de Fidji, de Kiribati, des îles Marshall, des Etats fédérés de Micronésie, de Nauru, de Niue, de Palau, de Papouasie-Nouvelle Guinée, de Samoa, des îles Salomon, de Tonga, de Tuvalu, et de Vanuatu étaient présents.

Les participants ont appelé la communauté internationale à honorer les engagements pris. Ils se sont également engagés à adopter des politiques de croissance verte et à renforcer les mécanismes de mise en oeuvre de la Stratégie de Maurice.

Noeleen Heyzer a souligné que « l'assistance extérieure, à travers l'aide au développement, l'allègement de la dette et les investissements étrangers, est nécessaire pour soutenir le Pacifique vers une croissance économique équitable ».

Les conclusions de la réunion seront évoquées dès mercredi 10 février, lors d'une Conférence de trois jours avec l'Administratrice du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), Helen Clark, qui se tiendra également à Port Vila.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.