Côte d'Ivoire : Le Conseil de sécurité demande une date officielle pour les élections

28 janvier 2010

Le Conseil de sécurité a demandé jeudi aux parties ivoiriennes de faire en sorte que la liste électorale définitive soit publiée et d'annoncer officiellement la date du premier tour des élections présidentielles, maintes fois reportées et prévues actuellement pour le début du mois de mars.

Dans une résolution adoptée ce matin, le Conseil souligne qu'il tiendra les parties ivoiriennes « pleinement responsables du respect du calendrier électoral » et rappelle qu'il est « parfaitement prêt à imposer des sanctions ciblées, notamment à l'encontre des personnes dont il se sera avéré qu'elles menacent le processus de paix et la réconciliation nationale en Côte d'Ivoire ».

La résolution prolonge en outre le mandat de l'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire ( ONUCI ) jusqu'au 31 mai 2010, « notamment pour aider à l'organisation d'élections libres, ouvertes et, justes et transparentes en Côte d'Ivoire ». .

La Commission électorale indépendante avait publié le 23 novembre 2009 une liste électorale provisoire répertoriant 5,3 millions de personnes, l'inscription restant à être confirmée pour environ un million d'autres.

« Cette liste provisoire était bien équilibrée, crédible, et faisait l'objet d'un consensus de la part des principaux protagonistes politiques », avait souligné à cette occasion le Représentant spécial du Secrétaire général dans le pays, YJ Choi. Mais un contentieux entourant une seconde liste n'est pas encore réglé.

Dans ce contexte, l'ONUCI est priée par le Conseil de fournir un appui technique et logistique à la Commission électorale indépendante, ainsi que de continuer à contribuer au programme de désarmement, de démobilisation et de réintégration, ainsi qu'à la promotion et à la protection des droits de l'homme.

Elle doit également apporter son soutien actif aux parties en vue de la mise en œuvre des tâches fixées dans l'Accord politique d'Ouagadougou et dans les accords complémentaires qui restent à accomplir, en particulier celles qui sont essentielles à l'organisation d'élections présidentielles.

Signé le 4 mars 2007 par le Président ivoirien Laurent Gbagbo, le chef des Forces nouvelles Guillaume Soro et le Président burkinabé Blaise Compaoré, l'Accord d'Ouagadougou vise à ramener la paix en Côte d'Ivoire et à réunifier le pays.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Côte d'Ivoire : Progrès du processus électoral mais des obstacles subsistent

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour la Côte d'Ivoire, YJ Choi, a estimé jeudi devant le Conseil de sécurité que le processus électoral dans ce pays avait fait des progrès remarquables ces six derniers mois, même si des obstacles doivent encore être surmontés pour permettre le déroulement des élections au printemps.