UNESCO : Enrayer le recul de la biodiversité est urgent

22 janvier 2010

Il est urgent d'enrayer le recul sans précédent de la biodiversité et de sensibiliser l'opinion à la nécessité de modifier nos comportements, a déclaré la Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, aux participants d'une réunion de haut niveau au siège de l'UNESCO à Paris les 21 et 22 janvier.

Il est urgent d'enrayer le recul sans précédent de la biodiversité et de sensibiliser l'opinion à la nécessité de modifier nos comportements, a déclaré la Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, aux participants d'une réunion de haut niveau au siège de l'UNESCO à Paris les 21 et 22 janvier.

Dans un message vidéo diffusé à l'ouverture de la réunion, la Directrice générale de l'UNESCO a dit qu'il convenait de « ne pas se laisser décourager » par l'issue de la Conférence sur le changement climatique en décembre dernier à Copenhague. Evoquant la destruction des habitats naturels et la diminution accélérée de la diversité biologique, elle a souligné qu'il fallait « enrayer ce processus ».

« Les sociétés doivent faire le maximum pour un usage plus durable des ressources naturelles, ainsi que pour une réduction des pertes d'habitat et du changement climatique, y compris dans leurs dimensions sociale et culturelle. Ceci nous permettra de sauvegarder les bienfaits dont nous dépendons – les bienfaits de la biodiversité », a déclaré pour sa part le Président de la Conférence générale de l'UNESCO, Davidson Hepburn.

Parmi les participants à cette réunion, organisée par l'UNESCO avec le soutien du Muséum français d'histoire naturelle, figuraient notamment Ahmed Djoghlaf, Secrétaire exécutif de la Convention sur la diversité biologique, Henri Djombo, ministre du développement durable, de l'économie forestière et de l'environnement du Congo ; Chantal Jouanno, Secrétaire d'Etat chargée de l'écologie (France) ; Jochen Flasbarth, Président du bureau de la 9e Conférence des parties (COP-9) à la Convention sur la diversité biologique ; Monique Barbut, Directrice générale et Présidente du Fonds pour l'environnement mondial ou encore Angela Cropper, Directrice exécutive adjointe du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE).

« Le monde a échoué dans la réalisation de l'objectif adopté par 110 chefs d'Etats visant à réduire le taux de perte de biodiversité d'ici 2010 », a déclaré Ahmed Djoghlaf au cours de cette réunion. Il a rappelé que l'on constatait une perte de la diversité biologique à un « rythme sans précédent ». « Cela ne signifie pas pour autant qu'il n'y ait pas eu des succès partiels ou localisés », a-t-il ajouté. « Nous devons identifier ces succès importants et en tirer profit alors que nous préparons le nouveau plan stratégique de la Convention ».

Ces succès seront mis en relief dans le troisième bilan intitulé « Perspectives mondiales sur la diversité biologique » qui doit être rendu public en mai prochain. On sait d'ores et déjà que ce document fait apparaître une diminution de 74% de la déforestation amazonienne et de 45% du taux annuel de disparition des mangroves. Il met également en lumière une augmentation de 26% de la proportion des grands habitats d'oiseaux. Environ 12% des terres bénéficient désormais d'une protection sous une forme ou sous une autre.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Ban appelle à une mobilisation mondiale pour sauver la biodiversité

« La biodiversité, c'est la vie, la biodiversité c'est notre vie », a souligné le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, dans un message rendu public lundi à l'occasion du lancement de l'Année internationale de la biodiversité, message dans lequel il appelle à une mobilisation planétaire en faveur de la préservation de la variété de la vie terrestre.