Ban : Sans négociations, la situation au Proche-Orient pourrait encore se dégrader

21 janvier 2010

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a fait part jeudi de son soutien aux efforts internationaux, et plus particulièrement ceux des Etats-Unis, pour relancer les négociations de paix entre Israël et les Palestiniens, s'inquiétant des conséquences d'une impasse prolongée.

« En l'absence de pourparlers, la confiance entre les parties a encore diminué », s'est-il inquiété devant le Comité pour l'exercice des droits inaliénables du peuple palestinien réuni à New York, et « si le processus politique n'avance pas bientôt, nous risquons de revenir en arrière ».

Il a ajouté qu'à Jérusalem-Est, une série d'évènements inquiétants avait non seulement attisé les tensions dans la ville, mais risquait de mettre en péril la stabilité de toute la région.

« Une solution doit être trouvée, par la négociation, pour que Jérusalem soit la capitale de deux Etats vivant côte à côte dans la paix et la sécurité », a-t-il dit. « Telle est la voie à suivre pour réaliser la vision des résolutions du Conseil de sécurité et de l'initiative de paix arabe ».

En outre, le Secrétaire général a déclaré qu'il regrettait profondément que la proposition des Nations Unies de lancer des activités de reconstruction à Gaza n'ait pas été approuvée. Il a réitéré son appel à Israël à mettre fin à son blocus « inacceptable et contre-productif » du territoire, et à pleinement respecter le droit international.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Gaza : Un an après l'offensive israélienne, Ban s'inquiète de l'impasse

Un an après l'offensive militaire israélienne à Gaza, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, s'est dit profondément préoccupé par le fait que les questions qui ont conduit au conflit n'ont toujours pas été réglées.