Côte d'Ivoire : Des casques bleus supplémentaires réclamés en vue des élections

12 janvier 2010

Les Présidents de Côte d'Ivoire et du Burkina Faso ont demandé qu'une unité supplémentaire de 500 casques bleus du Burkina Faso soit envoyée en Côte d'Ivoire pour renforcer la sécurité en vue des élections présidentielles qui doivent avoir lieu cette année.

Les élections, sans cesse repoussées depuis 2005 et qui auraient dû se tenir le 29 novembre dernier, pourraient finalement avoir lieu en mars prochain.

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a transmis la demande du Président ivoirien Laurent Gbagbo et du Président burkinabé Blaise Campaoré au Conseil de sécurité. Celui-ci doit donner son autorisation à ce renforcement de l'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI) pendant trois mois, a précisé le porte-parole de M. Ban, Martin Nesirky, lors d'un point de presse mardi à New York.

L'ONUCI compte actuellement 7.450 casques bleus.

« Le déploiement d'une unité du Burkina Faso renforcerait davantage la confiance de toutes les parties ivoiriennes dans les arrangements de sécurité pour les élections », a écrit Ban Ki-moon dans une lettre au Conseil. Il justifie la demande de renforts par les retards rencontrés par le Centre de commandement intégré ivoirien dans l'établissement d'unités mixtes pour assurer la sécurité pendant les élections.

M. Ban juge nécessaire que le déploiement des casques bleus supplémentaires se fasse d'ici la mi-février 2010.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Côte d'Ivoire : L'ONUCI se félicite des progrès du processus électoral

L'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI) s'est félicité jeudi des évolutions positives enregistrées dans le traitement du contentieux sur la liste électorale, notamment l'annonce par la Commission électorale indépendante centrale du déroulement sans incident majeur des opérations et le franchissement de la barre des 200.000 réclamations traitées.