Des experts appellent l'Italie à lutter contre la xénophobie

12 janvier 2010

Deux experts des Nations Unies sur les questions de migration et de racisme ont appelé les autorités italiennes à prendre toutes les mesures nécessaires pour juguler les tendances xénophobes actuelles dans le pays qui ont donné lieu à une éruption de violence contre des immigrants qui a fait 53 blessés la semaine dernière en Calabre.

« Il doit être répondu de la manière la plus vigoureuse par l'application de la loi à la violence, qu'elle soit perpétrée par des Italiens ou par des travailleurs migrants ; les droits de l'homme doivent être protégés en toutes circonstances, sans prendre en compte le statut d'immigrant », soulignent les deux experts auprès du Conseil des droits de l'homme.

Ces deux experts sont le Rapporteur sur les formes contemporaines de racisme, de discrimination raciale, de xénophobie et de l'intolérance qui y est associée, Githu Muigai, et le Rapporteur spécial sur les droits de l'homme des migrants, Jorge Bustamante.

Ils soulignent que la violence qui a fait éruption dans la localité de Rosarno est « extrêmement inquiétante par les problèmes graves et profondément enracinés de racisme contre ces travailleurs migrants qu'elle révèle. »

« Les autorités italiennes doivent montrer leur engagement ferme et permanent à créer un environnement sûr et pacifique pour tous », ajoutent-ils. Cela suppose de trouver les moyens d'améliorer les conditions de vie et de travail misérables de ces travailleurs migrants. Certains d'entre eux sont venus dans le pays par l'intermédiaire de trafiquants de main d'oeuvre qui ont pour but de les exploiter. Cela implique aussi « de mettre en oeuvre une politique d'immigration qui soit en pleine conformité avec les critères internationaux en matière de droits de l'homme », affirment-ils.

Tout en se félicitant de l'enquête ouverte par les autorités, MM. Muigai et Bustamante soulignent qu'il est « plus urgent que jamais » que celles-ci donnent de la consistance à leur politique de lutte contre le racisme, en dénonçant les discours haineux et en poursuivant les auteurs d'actes racistes et violents. « La violence ne peut et ne doit jamais être en aucune circonstance un moyen de répondre à des difficultés », écrivent-ils.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Aider les travailleurs immigrés à investir dans l'agriculture de leur pays d'origine

L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) viennent de passer un accord destiné à aider les travailleurs immigrés à investir dans l'agriculture de leur pays d'origine.