Ban consulte les dirigeants chypriotes avant la reprise de leurs pourparlers

7 janvier 2010

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a eu des conversations téléphoniques séparées avec les dirigeants chypriotes grec et turc, alors que les deux parties doivent reprendre prochainement leurs pourparlers visant à mener à la réunification de l'île de Chypre.

M. Ban a discuté des deux prochains cycles intensifs de négociations de fond que le président Demetris Christophias et son homologue chypriote turc, Mehmet Ali Talat, auront à la fin du mois, a précisé son porte-parole Martin Nesirky. Le Secrétaire général a encouragé les deux dirigeants à rester engagés et à « faire preuve de souplesse et de leadership ».

Ban Ki-moon s'est dit « convaincu que dans de nombreux domaines, une solution profitable à tous était possible », a indiqué M. Nesirky. Le Secrétaire général est « confiant qu'ensemble, les deux dirigeants auront le courage politique et la vision nécessaires pour faire progresser les choses ».

Le Secrétaire général a assuré MM. Christophias et Talat de son appui personnel et de celui de l'ONU.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté une résolution le 14 décembre dernier dans laquelle il demande instamment une intensification des pourparlers entre les deux parties. A cette occasion, il a renouvelé le mandat de la force d'interposition de l'ONU jusqu'au 15 juin 2010. La résolution 1898 rappelle que l'objectif est de « parvenir à un règlement global fondé sur une fédération bicommunautaire et bizonale et sur l'égalité politique ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Chypre : Le Conseil de sécurité demande une intensification des pourparlers

Le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté une résolution lundi dans laquelle il accueille avec satisfaction les progrès accomplis dans les négociations entre Chypriotes grecs et turcs et demande instamment une intensification de ces pourparlers.