Lao Hmong : Deux experts appellent la Thaïlande à cesser les expulsions

31 décembre 2009

Deux experts indépendants auprès du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies ont appelé jeudi la Thaïlande à cesser immédiatement les expulsions de Lao Hmong vers la République populaire démocratique lao, joignant leur voix aux nombreuses protestations internationales.

« Nous appelons le gouvernement de Thaïlande à cesser immédiatement toutes les expulsions, à garantir l'accès aux organisations internationales pertinentes, en particulier le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR), et à prendre toutes les mesures nécessaires pour s'assurer que les droits de l'homme des Hmong sont scrupuleusement respectés », ont dit ces deux experts, le Rapporteur spécial sur la torture, Manfred Nowak, et le Rapporteur spécial sur les droits humains des migrants, Jorge A. Bustamante.

M. Nowak a souligné que « l'absence d'un mécanisme indépendant et fiable de présélection pour évaluer si ces individus risquent la torture viole les normes internationales des droits de l'homme ».

M. Bustamante pour sa part s'est dit préoccupé par le fait que parmi les expulsés au Laos, il y a « des personnes ayant besoin de protection internationale, tels que des réfugiés et des demandeurs d'asile dont les demandes n'ont pas encore été examinées ».

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, avait regretté mardi l'expulsion par la Thaïlande de plusieurs milliers de Lao Hmong, dont 158 réfugiés, vers la République démocratique populaire lao, malgré les appels du Haut commissaire des Nations Unies aux réfugiés, Antonio Guterres.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Ban regrette l'expulsion de Lao Hmong par la Thaïlande

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a regretté mardi l'expulsion par la Thaïlande de plusieurs milliers de Lao Hmong, dont 158 réfugiés, vers la République démocratique populaire lao, malgré les appels du Haut commissaire des Nations Unies aux réfugiés, Antonio Guterres.