Ban regrette l'expulsion de Lao Hmong par la Thaïlande

29 décembre 2009

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a regretté mardi l'expulsion par la Thaïlande de plusieurs milliers de Lao Hmong, dont 158 réfugiés, vers la République démocratique populaire lao, malgré les appels du Haut commissaire des Nations Unies aux réfugiés, Antonio Guterres.

« Le Secrétaire général Ban Ki-moon est préoccupé par le fait que le gouvernement de Thaïlande a procédé à l'expulsion de 158 réfugiés Lao Hmong vers la République démocratique », a dit son porte-parole dans une déclaration. « Il est aussi préoccupé par l'expulsion d'un groupe plus important de Lao Hmong, comprenant des individus que le gouvernement thaïlandais auraient identifiés comme ayant besoin de protection. »

M. Ban « regrette que ces expulsions aient eu lieu malgré les appels du Haut commissaire des Nations Unies aux réfugiés et malgré la disponibilité d'un pays tiers à des solutions de réinstallation pour ceux reconnus comme réfugiés », a-t-il ajouté.

Le Secrétaire général appelle les gouvernements de Thaïlande et du Lao à « prendre toutes les mesures nécessaires pour respecter les droits des personnes concernées et pour faciliter des solutions humaines », poursuit la déclaration.

De son côté, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) a formellement approché mardi le gouvernement de la République démocratique populaire lao pour se rendre auprès des Lao Hmong ayant été expulsés lundi depuis la Thaïlande.

Parmi ce groupe refoulé se trouvent des personnes reconnues par le HCR comme ayant besoin de protection internationale, précise l'agence des Nations Unies dans un communiqué.

Le HCR appelle également le gouvernement thaïlandais à fournir des détails sur les assurances reçues de la part du Gouvernement de la République démocratique populaire lao dans le cadre de l'accord bilatéral conclu entre les deux gouvernements concernant le traitement réservé aux Lao Hmong expulsés. Le HCR a demandé à être informé des mesures prises par le gouvernement thaïlandais pour assurer que les engagements pris dans le cadre de cet accord soient effectivement tenus.

La Thaïlande a une longue histoire en tant que pays d'asile, note le HCR. Cependant, lundi, ce pays a procédé à l'expulsion de quelque 4.000 Lao Hmong depuis deux camps, l'un dans le nord de la province de Petchabun et l'autre à Nong Khaï dans le nord-est du pays.

Le HCR s'est vu refuser l'accès aux personnes vivant dans le premier camp, alors que celles hébergées à Nong Khaï avaient toutes été reconnues en tant que réfugiés. Le HCR ne dispose d'aucune présence formelle en République démocratique populaire lao.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le HCR consterné après l'expulsion de Lao Hmong par la Thaïlande

Le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, António Guterres, s'est dit profondément consterné lundi après l'expulsion par la Thaïlande de Lao Hmong, parmi lesquels certains ont besoin d'une protection internationale, et a appelé à la suspension de cette expulsion.