L'Assemblée générale exhorte le Myanmar à libérer Aung San Suu Kyi

24 décembre 2009

L'Assemblée générale de l'ONU a adopté une résolution dans la nuit de mercredi à jeudi qui exhorte le gouvernement du Myanmar à libérer « sans délai et sans condition » tous les prisonniers de conscience.

Dans ce texte adopté par 86 voix pour, 23 contre et 39 abstentions, l'Assemblée générale condamne les violations systématiques des droits de l'homme de la population du Myanmar. Elle s'inquiète par ailleurs de la reconduction de l'assignation à domicile de la principale personnalité de l'opposition démocrate, Daw Aung San Suu Kyi.

Le 28 septembre dernier, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, avait appelé les autorités du Myanmar à organiser des élections crédibles, lors d'une rencontre avec le Premier ministre de ce pays, Thein Sein, à New York, en marge de l'Assemblée générale.

Dans un discours à l'Assemblée générale, ce dernier avait assuré que son gouvernement prenait « des mesures systématiques pour organiser des élections libres et justes » qui auraient lieu « au cours de l'année qui vient ».

«La démocratie ne peut pas être imposée de l'extérieur », avait-il ajouté en réclamant l'arrêt des sanctions de la communauté internationale contre son pays.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Myanmar : La situation des droits de l'homme est alarmante

Un expert indépendant auprès des Nations Unis a appelé le gouvernement du Myanmar à relâcher tous ses prisonniers politiques avant la date prévue des élections nationales en 2010, pour ainsi garantir un scrutin inclusif.