Guinée : l'ONU rappelle l'impératif de protection des victimes et témoins

21 décembre 2009

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a transmis au gouvernement guinéen le rapport de la commission d'enquête sur les événements du 28 septembre dernier à Conakry et a souligné à son intention le « besoin impératif » qu'il saisisse « cette occasion pour rompre définitivement avec la violence qui a caractérisé les événements tragiques » survenus il y a trois mois.

Le Secrétaire général rappelle au Gouvernement guinéen ses obligations en matière de protection des victimes ou témoins, y compris ceux ayant coopéré avec la commission.

Le rapport de la commission d'enquête internationale sur les évènements du 28 septembre 2009 en Guinée a été transmis au gouvernement de la Guinée, au Conseil de sécurité, à la Commission de l'Union africaine, et à la Commission de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), précise le Secrétaire général dans un communiqué rendu public samedi.

Ce rapport fait suite au travail effectué par la commission à Conakry du 15 novembre au 5 décembre derniers.

Selon la presse, 156 personnes ont été tuées ou sont portées disparues et il y a eu au moins 109 viols, parfois accompagnés d'actes de barbarie, lors de la répression exercée contre un meeting de l'opposition à la junte militaire dans le grand stade de Conakry le 28 septembre dernier.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Guinée : La commission d'enquête remet à Ban son rapport sur les massacres

La commission d'enquête internationale sur les massacres commis le 28 septembre 2009 à Conakry, en Guinée, a remis son rapport au Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, qui l'examine actuellement, a indiqué jeudi le porte-parole de ce dernier.