Népal : le Haut-Commissariat aux droits de l'homme lance un appel au calme.

21 décembre 2009
Une exposition de photos itinérante du HCDH au Népal sur les prisons et les droits des détenus.

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme a appelé chacun à la retenue lundi, à la suite d'affrontements entre la police et des manifestants au premier jour d'une grève générale à l'appel du Parti communiste unifié (maoïste).

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) a appelé chacun à la retenue lundi, à la suite d'affrontements entre la police et des manifestants au premier jour d'une grève générale à l'appel du Parti communiste unifié - maoïste.

Plusieurs personnes ont été blessées dimanche, certaines sérieusement, lorsque la police a dispersé des manifestants qui bloquaient la route par laquelle devait passer le premier ministre Madhav Kumar, selon le bureau au Népal du Haut-Commissariat. Celui-ci a évoqué dans un communiqué un « usage excessif de la force contre la foule », de gaz lacrymogènes notamment.

Tout en reconnaissant le droit de la police de garantir la liberté de circulation, le représentant du Haut-Commissariat au Népal, Richard Bennett, a aussi souligné le droit des manifestants de protester de manière pacifique. Il a appelé « toutes les parties à faire preuve de retenue, à éviter les provocations et à diminuer la tension par le dialogue ».

Il a noté que la journée de dimanche avait donné lieu aux pires violences survenues à Katmandou ces dernières années. « Cela ne doit pas se répéter et les responsables doivent rendre des comptes », a ajouté M. Bennett.

Le mois dernier, la représentante de l'ONU au Népal avait déploré la lenteur du déblocage de la situation politique. L'impasse remonte au mois de mai lorsque le Parti communiste unifié a quitté le gouvernement à la suite d'un différend sur le contrôle de l'armée.

Au terme d'une décennie de guerre civile qui a fait 13.000 morts, les parties en présence, gouvernement et maoïstes, ont signé un Accord global de paix en 2006. Karin Landgren, Représentante spéciale du Secrétaire général, a averti le Conseil de sécurité du « risque de confrontation » qui augmente avec le blocage du processus politique.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.