Iraq : Sécurité améliorée mais déficiences en matière de droits humains

15 décembre 2009

La situation sécuritaire en Iraq s'est améliorée au premier semestre 2009 mais de graves violations des droits de l'homme ont été commises, constate un rapport de la Mission d'assistance des Nations Unies en Iraq (MANUI), rendu public lundi.

Couvrant la période du 1er janvier au 30 juin 2009, ce document met particulièrement l'accent sur le respect du droit et l'impunité, évoquant la remise en vigueur de la peine de mort, la situation dans les prisons et les allégations de torture.

Il note que le premier semestre a vu la confirmation de l'amélioration de la situation sécuritaire en comparaison de l'année 2008, avec la diminution des attentats. En revanche, des assassinats ciblés ont continué de se produire. Ceux-ci visent en particulier des hauts responsables et des fonctionnaires de l'Etat, des dirigeants politiques et religieux, ou des groupes professionnels tels que les journalistes, les médecins, les magistrats et les avocats.

La Mission note aussi l'augmentation de la violence contre des personnes en raison de leur orientation sexuelle supposée. En outre, les femmes continuent d'être victimes des crimes dits « d'honneur », particulièrement au Kurdistan où malgré les efforts du législateur de nombreux crimes demeurent impunis, souligne le rapport.

Au cours du 1er semestre 2009, 31 condamnés à mort ont été exécutés dont une femme. La MANUI, ainsi que le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) ont exprimé leur préoccupation au sujet de la décision gouvernementale d'appliquer à nouveau la peine capitale, d'autant que le système judiciaire iraquien n'offre pas toutes les garanties requises en matière de procès équitable.

Le rapport souligne que « des progrès significatifs restent à accomplir pour restaurer pleinement le règne de la loi et pour répondre de manière systématique au problème de l'impunité ». La MANUI a constamment fait valoir que la sécurité en Iraq ne pourrait pas être durablement instaurée tant que des actions significatives n'auront pas été effectuées pour imposer le règne de la loi et des droits de l'homme ; elle a offert son assistance à cet égard.

La situation dans les prisons demeure un sujet de préoccupation majeure. Certains détenus sont incarcérés sans jugement, ou sans avoir même été inculpés, et ce pendant des mois, voire des années. Les prisons sont surpeuplées.

Les Nations Unies ont poursuivi leur soutien aux autorités et en faveur des organisations non gouvernementales afin de développer un cadre légal en matière de protection des droits fondamentaux de la personne. Elles ont en particulier apporté une assistance technique à la mise sur pied d'une Commission indépendante des droits de l'homme. La MANUI a aussi fourni une formation et de l'équipement aux experts du ministère des droits de l'homme chargés d'exhumer les fosses communes.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le HCR inquiet des rapatriements forcés en Iraq

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) a exprimé sa préoccupation vendredi face à la poursuite de renvois forcés de réfugiés iraquiens dans leur pays alors que la situation sécuritaire demeure précaire en dépit des efforts des autorités.