Journée des droits de l'homme : Ban appelle à lutter contre la discrimination

10 décembre 2009
Des femmes guatemaltèques avec leurs enfants.

A l'occasion de la Journée des droits de l'homme célébrée en ce 10 décembre, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a lancé un appel pour que tout un chacun, « à tous les niveaux », se joigne à l'ONU et aux défenseurs des droits de l'homme partout dans le monde afin de combattre la discrimination.

La date du 10 décembre a été choisie en référence à l'adoption de la Déclaration universelle des droits de l'homme, par les Nations Unies, le 10 décembre 1948. Cette année coïncide aussi avec l'anniversaire de l'adoption il y a 30 ans de la Convention pour l'élimination de toutes les formes de discrimination contre les femmes (CEDAW).

La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay, a rappelé pour sa part que le concept de non discrimination se trouvait au cœur même de la notion de droits humains. Et bien qu'il soit le thème officiel choisi cette année, ce concept devrait l'être « de manière non officielle tous les jours, tous les ans, pour tout le monde ». Mme Pillay, qui a passé cette journée dans son pays, l'Afrique du Sud, a souligné que « lorsque l'on embrasse la diversité, on apporte une richesse et une profondeur supplémentaires à nos sociétés ».

Cette journée de jeudi donne lieu à diverses manifestations autour des droits de l'homme. Au siège de l'ONU à New York, une réunion spéciale intitulée « Race, pauvreté et pouvoir » était prévue. Figurait aussi au programme des manifestations, la 12e conférence des étudiants sur les droits de l'homme qui doit durer deux jours et donner lieu à un échange à distance entre des jeunes à New York, en France et au Mexique.

A Genève, des femmes de 28 pays se sont retrouvées dans le cadre d'une réunion sous les auspices de l'ONU consacrée aux femmes dirigeantes. Dans son allocution d'ouverture, la Haut-Commissaire adjointe aux droits de l'homme, Kyung-wha Kang, a appelé les participants à se pencher plus particulièrement sur la protection des droits des femmes et sur les meilleurs moyens pour les femmes dirigeantes de contribuer à cet effort dans leurs pays respectifs.

A Bagdad, le Représentant spécial du Secrétaire général en Iraq, Ad Melkert, a appelé le gouvernement central, celui du Kurdistan et les autorités locales à « entreprendre des actions durables et concrètes pour promouvoir et protéger les droits des minorités et pour mettre un terme à la tendance récente à pousser au déplacement forcé et à l'émigration des minorités, les minorités religieuses en particulier ».

Pour sa part, le Représentant spécial de l'ONU pour la Somalie, Ahmedou Ould-Abdallah, a constaté qu'une génération entière de Somaliens « grandissait sans jamais avoir eu la chance de savoir ce que cela voulait dire de vivre dans un environnement pacifique et stable où les droits sont respectés ». Il s'est dit convaincu que « les responsables de la perpétuation du conflit constituaient une petite minorité qui a causé des dommages incalculables et auxquels il sera exigé des comptes. L'impunité ne peut durer toujours ».

A Dili, le Représentant spécial du Secrétaire général au Timor Leste, Atul Khare, a souligné l'importance du rôle de l'Etat et de la société civile pour mettre un terme à la violence contre les femmes. S'exprimant lors d'une séance spéciale du Parlement timorais, il a exprimé l'espoir que les députés adopteraient une disposition prévue dans le projet de nouveau code pénal qui criminalise la violence domestique.

Enfin, la drectrice exécutive du Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP), Thoraya Ahmed Obaid, s'est vu remettre le prix des droits de l'homme Louis B. Sohn qui distingue les personnes ayant apporté une contribution significative aux droits de l'homme. Ban Ki-moon lui a rendu hommage à cette occasion rappelant le rôle de Mme Obaid dans l'avancement des droits des femmes en matière de procréation.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.