Formation de juges de paix dans l'est du Tchad

10 décembre 2009

Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et la Mission des Nations Unies en République centrafricaine et au Tchad (MINURCAT) ont lancé cette semaine, à Abéché, une formation de mise à niveau des juges de paix dans l'est du Tchad.

Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et la Mission des Nations Unies en République centrafricaine et au Tchad (MINURCAT) ont lancé cette semaine, à Abéché, une formation de mise à niveau des juges de paix dans l'est du Tchad.

Ces juges de paix, issus des administrations locales, sont chargés de rendre la justice au niveau communautaire palliant ainsi à une carence de magistrats professionnels dans cette région du pays, a précisé la MINURCAT dans un communiqué.

Le projet de formation des juges de paix vient en complément aux efforts de professionnalisation de la magistrature tchadienne entrepris par le ministère de la Justice, et contribuera à la lutte contre l'impunité et au respect de la loi, conduisant ainsi à une réduction des conflits entre réfugiés, personnes déplacées et populations hôtes.

La première session de formation qui concerne 60 personnes se déroulera sur une durée de quatre semaines à Abéché. A terme, le projet vise à former 148 sous-préfets ainsi que des secrétaires-greffiers, aux rudiments du système judiciaire, aux compétences et procédures de la justice de paix et à l'éthique et déontologie de la fonction. Les formateurs sont issus de l'Ecole nationale d'administration et de magistrature, de l'Université Adam Barka et de la Cour d'appel d'Abéché. Le projet, d'un montant total de 341.000 euros, est entièrement financé par l'Allemagne.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Tchad : L'aide humanitaire en péril à cause des bandits et des enlèvements

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a lancé mardi un cri d'alarme face à l'insécurité croissante qui menace les populations les plus vulnérables et le personnel des organisations humanitaires installées dans l'est du Tchad.