Guinée : L'UNICEF et l'OMS apportent leur aide à une campagne de santé

3 décembre 2009

Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ont participé en Guinée à une vaste campagne de santé gratuite, du 20 au 26 novembre, destinée à toucher plus d'un million et demi d'enfants de moins de cinq ans.

Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ont participé en Guinée à une vaste campagne de santé gratuite, du 20 au 26 novembre, destinée à toucher plus d'un million et demi d'enfants de moins de cinq ans.

Près de trois mille équipes composées de vaccinateurs, d'élus locaux, de volontaires ont été déployées sur l'ensemble du pays, dans des formations sanitaires, des écoles, des marchés, des mosquées, et des églises de tout le pays. Au lendemain de la saison pluvieuse, l'organisation d'une campagne d'une si grande envergure constituait un défi vu notamment le mauvais état des routes, et l'exigence d'un maintien de la chaine de froid durant le transport des vaccins de la rougeole jusqu'aux sites les plus reculés de l'intérieur du pays, souligne l'UNICEF.

L'UNICEF a assuré au niveau de l'organisation de cette campagne menée par les ministères guinéens de la santé et de l'hygiène publique, de la décentralisation et du développement local, la fourniture des vaccins pour un montant de plus d'un million de dollars, et d'un million trois cent mille moustiquaires imprégnées d'insecticide de longue durée grâce à des fonds canadiens, italiens, américains et de l'UNITAID (fonds innovants).

La rougeole est l'une des maladies meurtrières de l'enfance. De 17% en 1987 la couverture vaccinale rougeole a atteint 61% en 2001, un progrès cependant insuffisant pour empêcher des épidémies. L'enquête démographique et de santé de 2005 a révélé que seulement 50% des enfants étaient vaccinés contre la rougeole.

En 2008, un cas positif de rougeole sur 83 cas suspects a été enregistré. Mais, depuis le début de l'année 2009 et particulièrement au cours de ces quatre derniers mois, l'on a assisté à une épidémie de rougeole avec plus de mille cas enregistrés à ce jour et cinq décès. Parmi, les causes figurent notamment : une vaccination de routine peu performante, des difficultés liées à la chaine de froid à l'intérieur du pays, la connaissance limitée de l'importance de la vaccination par certains groupes sociaux, la pauvreté, l'instabilité socio-politique et économique que traverse le pays depuis 2006.

La campagne santé gratuite est donc venu à son heure pour tenter de faire barrage à l'extension des cas de rougeole et également assurer une protection contre le paludisme, les parasitoses intestinales, et contribuer à un bon état de santé grâce à l'administration de vitamine A. Les femmes ayant accouché depuis moins de deux mois ont également bénéficié de vitamine A.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Afrique : Douze millions de personnes bientôt vaccinées contre la fièvre jaune

La plus grande campagne de vaccination antiamarile jamais organisée doit démarrer la semaine prochaine dans trois pays africains. D'une durée d'une semaine, elle ciblera 11,9 millions de personnes au Bénin, au Libéria et en Sierra Leone, trois pays où le risque de flambées de fièvre jaune est élevé, a indiqué mardi l'Organisation mondiale de la santé (OMS).