Suisse : La loi interdisant les minarets est « clairement discriminatoire » - Pillay

1 décembre 2009

La Haut commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay, a vivement regretté mardi la loi interdisant la construction de minarets en Suisse, qui a été promulguée à la suite d'un référendum dimanche sur la question, jugeant que cette interdiction était « discriminatoire » et « semait la discorde ».

Selon Mme Pillay, cette loi malencontreuse risque de mettre la Suisse en contradiction avec ses obligations en matière de droits de l'homme.

« J'hésite à condamner un vote démocratique », a dit Mme Pillay. « Mais je n'ai pas du tout d'hésitation à condamner l'agitation de la peur anti-étranger qui a caractérisé les campagnes politiques dans un certain nombre de pays, dont la Suisse, et qui a aidé à produire des résultats comme celui-ci ».

Notant que le gouvernement suisse n'avait pas soutenu l'initiative référendaire, Mme Pillay a souligné qu'interdire une structure architecturale qui est associée à une religion est clairement discriminatoire. « Certains responsables politiques qui ont proposé ce référendum ont affirmé que cela ne visait pas l'islam ou les musulmans », a relevé la Haut commissaire. « D'autres ont déclaré que l'interdiction des minarets améliorerait l'intégration. Ce sont des affirmations difficiles à croire alors que le symbole d'une religion est visé ».

Elle a déclaré être triste que de tels arguments aient eu une résonance suffisante auprès d'une partie des électeurs suisses pour triompher de leur soutien de longue date aux droits humains fondamentaux.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Suisse : L'interdiction de construire des minarets est discriminatoire - experte

Une experte indépendante auprès des Nations Unies, Asma Jahangir, a regretté lundi le résultat d'un vote en Suisse qui a interdit la construction de minarets, considérant qu'il s'agissait d'une discrimination claire à l'égard de la communauté musulmane.