Zimbabwe : Situation tragique pour les femmes et les enfants, selon l'UNICEF

25 novembre 2009

Un rapport publié mercredi par le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) et le gouvernement zimbabwéen révèle une situation tragique pour les femmes et les enfants des régions rurales du pays qui n'ont pas accès aux services sociaux les plus vitaux.

Un rapport publié mercredi par le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) et le gouvernement zimbabwéen révèle une situation tragique pour les femmes et les enfants des régions rurales du pays qui n'ont pas accès aux services sociaux les plus vitaux.

Les conditions sanitaires décrites dans ce rapport sont telles qu'au Zimbabwe, 100 enfants de moins de cinq ans meurent par jour de maladies qui pourraient être soignées. C'est le cas ainsi pour des enfants atteints de pneumonie, de diarrhée ou du VIH/sida.

Les enfants orphelins sont environ 79% à ne pas recevoir la moindre assistance sanitaire ou sociale. La mortalité infantile dans le pays a augmenté de 20% depuis 1990. Par ailleurs, les deux tiers des enfants zimbabwéen ne possèdent pas de certificat de naissance.

La situation sanitaire et sociale des femmes est tout aussi tragique. Une femme enceinte sur deux dans les zones rurales accouche à la maison sans assistance médicale. Les femmes ont très rarement accès aux services d'un obstétricien parce qu'elles n'en ont pas les moyens financiers.

Le rapport conclut sur la nécessité cruciale de reconstruire des services sociaux élémentaires au Zimbabwe comme l'accès à l'eau potable et les équipements sanitaires.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le Zimbabwe retire à la dernière minute son invitation au rapporteur sur la torture

Le gouvernement du Zimbabwe a retiré à la dernière minute son invitation au rapporteur de l'ONU sur la torture, Manfred Nowak, à mener une mission officielle d'établissement des faits du 28 octobre du 4 novembre 2009 dans le pays, a indiqué mercredi le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH).