Afrique du Sud : le HCR condamne la violence xénophobe à l'ouest du Cap

20 novembre 2009

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) a condamné vendredi les dernières attaques xénophobes qui ont chassé quelque 3.000 étrangers, y compris des réfugiés et des demandeurs d'asile originaires du Zimbabwe, de leurs cabanes à De Dooms, communauté productrice de raisin comptant une population d'environ 13.000 Sud-africains, située à 140 kms au nord-est du Cap.

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) a condamné vendredi les dernières attaques xénophobes qui ont chassé quelque 3.000 étrangers, y compris des réfugiés et des demandeurs d'asile originaires du Zimbabwe, de leurs cabanes à De Dooms, communauté productrice de raisin comptant une population d'environ 13.000 Sud-africains, située à 140 kms au nord-est du Cap.

Il s'agit de la première attaque xénophobe à grande échelle affectant des réfugiés et des demandeurs d'asile en Afrique du Sud depuis la vague de violence qui a touché l'ensemble du pays en mai 2008. Fin 2008, on estimait à 110.000 le nombre de demandeurs d'asile zimbabwéens en Afrique de Sud.

« Nous sommes rapidement venus en aide aux déplacés. Ils attendent désormais le résultat des négociations avec les fermiers locaux qui ont attaqué leurs habitations mardi, les accusant de voler leur travail en acceptant des salaires plus bas dans les vignobles. Les réfugiés et les demandeurs d'asile munis de papiers ont le droit de travailler en Afrique du Sud, mais des tensions éclatent souvent à cause de la compétition pour le travail », a déclaré un porte-parole du HCR lors d'un point de presse à Genève.

Les étrangers expulsés sont actuellement hébergés sur un terrain de sport et dans un centre communautaire à De Doorns, dormant sous trois tentes collectives fournies par le gouvernement. Chaque tente héberge quelque 1.000 personnes. Il s'agit principalement d'hommes seuls, mais il y a également quelques familles. « Pour garantir l'intimité des familles, nous avons donné de plus petites tentes familiales, expédiées depuis notre stock d'urgence à Durban et censées arriver à De Doorns ce matin », a dit le porte-parole

Le HCR se félicite de la réponse humanitaire rapide des autorités locales et du fait que de l'eau, des toilettes portables et un dispensaire de santé mobile ont été fournis en quelques heures. La Croix Rouge sud-africaine a également fourni deux repas chauds par jour aux personnes expulsées.

Le HCR a envoyé deux collaborateurs de son bureau de Prétoria - à la demande des autorités locales - pour qu'ils coopèrent avec les comités des droits de l'homme sud-africains et toutes les parties concernées afin de ramener à la normale la situation à De Dooms et de la sécuriser pour permettre aux étrangers d'y retourner.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Les réfugiés zimbabwéens en hausse en Afrique du Sud, selon le HCR

Depuis le deuxième tour du scrutin présidentiel du 27 juin au Zimbabwe, le nombre de Zimbabwéens se réfugiant en l'Afrique du Sud est en hausse malgré l'augmentation des expulsions par Pretoria, s'inquiète vendredi l'agence des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR).