Iraq : Ban encourage les Iraquiens à exercer leur droit de vote en janvier

13 novembre 2009
Une femme iraquienne avec une carte électorale.

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, encourage tous les Iraquiens, dans un rapport publié vendredi, à exercer leur droit de vote lors des élections nationales prévues en janvier 2010.

« Je salue l'accord intervenu le 8 novembre au Conseil des représentants au sujet de la modification de la loi électorale iraquienne. Malgré de profondes dissensions au sein du Conseil, les dirigeants politiques ont su surmonter leurs divergences pour trouver ensemble un accord qui est très largement accepté dans la classe politique », écrit M. Ban dans ce rapport transmis au Conseil de sécurité.

« Maintenant que cette loi est adoptée, je demande à tous les blocs politiques et à leurs dirigeants de faire preuve d'un véritable esprit critique durant la campagne électorale et de participer au scrutin dans un esprit d'unité nationale. J'encourage également tous les Iraquiens à exercer leur droit de vote lors des prochaines élections, qui détermineront l'avenir de leur pays », ajoute-t-il.

Il rappelle que depuis 2003, avec l'assistance de l'ONU, l'Iraq a réussi à organiser trois élections et un référendum national, et l'on estime dans l'ensemble qu'ils ont été crédibles et largement participatifs. « Le déroulement pacifique des élections provinciales et des élections du gouvernement régional du Kurdistan plus tôt en 2009 est la preuve de cette réalisation remarquable », souligne-t-il.

Le Secrétaire général se dit fermement convaincu que les prochaines élections nationales, prévues pour janvier 2010, représentent une occasion historique pour l'Iraq, et une étape cruciale vers la réconciliation nationale.

Selon lui, pour ramener la stabilité politique et une paix durable dans le pays, il est essentiel que le gouvernement fédéral à Bagdad et les dirigeants du Kurdistan iraquien s'efforcent de régler leurs différends grâce à un dialogue constructif. « La subsistance de désaccords, surtout en ce qui concerne les frontières internes contestées et le partage des ressources naturelles, fera obstacle aux progrès politiques au niveau national. Cela est non seulement devenu une source de tensions entre les forces de sécurité iraquiennes et kurdes, mais a aussi accentué la profonde méfiance qui existe entre les communautés locales dans le nord de l'Iraq », dit-il. « Il incombe à tous les élus, notamment les dirigeants nationaux, de s'employer à apaiser les tensions et à trouver des compromis politiques », ajoute-t-il.

Le Secrétaire général estime par ailleurs qu'après l'organisation réussie d'élections nationales, le gouvernement iraquien devra, avec l'appui de la communauté internationale, améliorer la prestation des services de base et accélérer le rythme de la reconstruction et du développement du pays.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.