Guinée : Création de la commission d'enquête sur les massacres

30 octobre 2009

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a annoncé vendredi la composition de la commission d'enquête internationale afin d'enquêter sur les faits et les circonstances des événements intervenus le 28 septembre et les jours qui ont suivi à Conakry, Guinée.

La commission d'enquête sera composée de trois membres : Mohamed Bedjaoui (Algérie), Françoise Ngendahyo Kayiramirwa (Burundi), et Pramila Patten (Maurice), a dit la porte-parole du Secrétaire général dans une déclaration.

M. Bedjaoui est un diplomate et juriste algérien. Entre autres fonctions, il a été ministre des affaires étrangères et ambassadeur de l'Algérie en France, ainsi qu'auprès des Nations Unies. Il a également été juge à la Cour internationale de justice et président de la plus haute juridiction algérienne, le Conseil constitutionnel.

Mme Kayiramirwa a été ministre de la solidarité, des droits de l'homme et du genre, ainsi que ministre pour le rapatriement et la réintégration des personnes déplacées au sein de leur propre pays, au Burundi. Elle a également été conseillère pour les questions liées au genre et l'assistance aux victimes au Tribunal pénal international sur le Rwanda.

Mme Patten est membre du Comité des Nations Unies pour l'élimination des discriminations contre les femmes. Elle a beaucoup publié sur les violences faites aux femmes et sur les droits des enfants. Elle est avocate.

Les trois membres de la commission d'enquête devraient voyager sous peu à New York pour rencontrer le Secrétaire général, avant de se rendre à Genève et en Guinée pour mener à bien leur travail. Le Bureau de la Haut Commissaire aux droits l'homme apportera son soutien à la commission d'enquête, a précisé la porte-parole.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Guinée : Le Conseil de sécurité suit attentivement l'instauration d'une enquête

À la suite de la répression sanglante de manifestants à Conakry, en Guinée, le 28 septembre, le Conseil de sécurité a demandé mercredi au Secrétaire général de le maintenir informé sur l'instauration d'une commission d'enquête internationale et sur l'évolution de la situation dans la région.