OMS : Une dose unique de vaccin recommandée contre la grippe H1N1

30 octobre 2009

Une dose unique de vaccin contre la grippe H1N1, telle est la recommandation faite vendredi par un groupe d'experts qui conseille l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Une dose unique de vaccin contre la grippe H1N1, telle est la recommandation faite vendredi par un groupe d'experts qui conseille l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Les experts ont relevé que les autorités de réglementation ont désormais homologué divers vaccins contre la grippe pandémique : vivants atténués, inactivés adjuvés et inactivés non adjuvés. Le Groupe recommande de n'administrer qu'une seule dose de vaccin aux adultes et adolescents à partir de l'âge de dix ans, si cette posologie correspond aux indications des autorités de réglementation, selon un communiqué.

Lorsque les autorités nationales ont décidé de donner la priorité aux enfants pour les premières vaccinations, le Groupe recommande de commencer par administrer une seule dose de vaccin au plus grand nombre possible d'enfants. Il souligne en outre la nécessité de faire des études pour préciser les posologies efficaces chez les sujets immunodéprimés.

Par ailleurs, à travers le monde, les adolescents et les jeunes adultes continuent de constituer la majorité des cas et les taux d'hospitalisation sont les plus élevés pour les très jeunes enfants. Entre 1% et 10% des patients en phase clinique de l'infection doivent être hospitalisés. Sur l'ensemble des patients hospitalisés, 10% à 25% nécessitent une admission en unité de soins intensifs et 2% à 9% en meurent.

Les femmes enceintes au deuxième ou troisième trimestre de leur grossesse représentent en moyenne 7% à 10% des patients hospitalisés. Par rapport à l'ensemble de la population, elles ont un risque dix fois plus élevé de nécessiter une admission en unité de soins intensifs.

Les experts ont examiné les premiers résultats de la surveillance des personnes ayant été vaccinées contre la pandémie et n'ont trouvé aucune indication de réactions indésirables inhabituelles.

En ce qui concerne les vaccins pour les femmes enceintes, le groupe d'experts relève que les études des vaccins vivants atténués et inactivés adjuvés ou non adjuvés sur l'animal de laboratoire n'ont pas mis en évidence d'effets nocifs directs ou indirects sur la fécondité, la grossesse, le développement de l'embryon ou du fœtus, la naissance ou le développement post-natal.

Sur la base de ces données et du risque sensiblement plus élevé d'une issue sévère chez la femme enceinte infectée par le virus pandémique, les experts ont recommandé d'autoriser l'administration de tout vaccin homologué chez la femme enceinte, dans la mesure où les autorités de réglementation n'ont pas trouvé de contre-indication spécifique.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Grippe : L'OMS estime la production mondiale à 3 milliards de vaccins par an

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) estime la capacité de production mondiale à environ 3 milliards de doses par an et souligne que les pays à revenu faible ou intermédiaire seront largement tributaires des dons qui pourront être faits.