Côte d'Ivoire : Le Conseil de sécurité prêt à des sanctions contre ceux qui entravent les élections

29 octobre 2009

Le Conseil de sécurité, qui a prorogé jeudi les sanctions concernant la Côte d'Ivoire jusqu'au 31 octobre 2010, s'est déclaré prêt à appliquer des sanctions à ceux qui entravent le processus électoral.

La résolution adoptée par le Conseil souligne que « toute menace contre le processus électoral en Côte d'Ivoire, en particulier toute atteinte portée à la Commission électorale indépendante chargée d'organiser les élections, ou toute entrave à ses activités ou à celles du personnel », constitue une menace contre le processus de paix et de réconciliation nationale - susceptible de conduire à des sanctions ciblées.

Le Conseil de sécurité souligne par ailleurs qu'il est « parfaitement prêt à imposer des sanctions ciblées » contre les personnes désignées par son Comité.

L'élection présidentielle en Côte d'Ivoire, reportée à plusieurs reprises dans le passé, est actuellement prévue pour le 29 novembre 2009. Le 29 septembre, dans une déclaration présidentielle, le Conseil de sécurité avait réitéré qu'il appuyait pleinement le processus électoral « approuvé par tous les principaux acteurs politiques ivoiriens », tout en exprimant sa préoccupation face au retard pris pour publier la liste électorale provisoire.

Soulignant que des délais supplémentaires dans la publication des listes électorales pourraient mettre en péril le calendrier menant à l'élection présidentielle, il avait demandé à tous les acteurs politiques ivoiriens de tenir leurs engagements de façon à ce que la liste électorale soit publiée aussitôt que possible, dans le cadre d'un processus « transparent et sans exclusive ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Côte d'Ivoire : Le groupe d'experts inquiet de l'anarchie au nord

Les risques de conflit entre le nord et le sud de la Côte d'Ivoire ont diminué, mais le nord du pays est divisé en une série de commandements politico-militaires dirigés par des membres de l'ancien groupe rebelle des Forces nouvelles qui se disputent, parfois violemment, le contrôle des ressources naturelles et du commerce, souligne le Groupe d'experts sur la Côte d'Ivoire dans son rapport final publié mardi.