Le Zimbabwe retire à la dernière minute son invitation au rapporteur sur la torture

28 octobre 2009

Le gouvernement du Zimbabwe a retiré à la dernière minute son invitation au rapporteur de l'ONU sur la torture, Manfred Nowak, à mener une mission officielle d'établissement des faits du 28 octobre du 4 novembre 2009 dans le pays, a indiqué mercredi le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH).

Le gouvernement du Zimbabwe a retiré à la dernière minute son invitation au rapporteur de l'ONU sur la torture, Manfred Nowak, à mener une mission officielle d'établissement des faits du 28 octobre du 4 novembre 2009 dans le pays, a indiqué mercredi le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH).

« A son arrivée à Johannesburg, où il se trouvait en transit pour Harare, le rapporteur spécial a été informé que la mission avait été repoussée par le gouvernement le 26 octobre », a précisé le HCDH dans un communiqué.

Le gouvernement zimbabwéen a déclaré qu'en raison du processus consultatif imprévu se déroulant actuellement à Harare et qui implique le gouvernement d'unité nationale et la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC), il n'était pas en mesure de recevoir M. Nowak aux dates prévues, a précisé le communiqué.

« Le rapporteur spécial salue l'initiative de la SADC et tous les efforts pour résoudre la crise politique dans le pays. Il comprend aussi que le processus consultatif de la SADC peut conduire à certains changements dans les réunions qu'il devait avoir avec des responsables du gouvernement lors de sa mission et il a indiqué au gouvernement sa coopération et sa flexibilité cet égard. Il n'est toutefois pas convaincu que le processus consultatif le 29 octobre soit une raison valable pour annuler sa mission de huit jours à une date si tardive », a ajouté le communiqué.

Selon le HCDH, de récentes accusations selon lesquelles des supporters du Mouvement pour le changement démocratique (MDC) et des défenseurs des droits de l'homme ont été arrêtés, harcelés et intimidés au cours des derniers jours, soulignent l'urgence d'une mission d'établissement des faits par un expert indépendant auprès des Nations Unies.

Le rapporteur spécial a appelé « le gouvernement du Zimbabwe à le recevoir à Harare et à permettre à sa mission de se dérouler comme prévu ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Iran : Des détenus soumis à la torture pour obtenir des aveux, selon des experts de l'ONU

Trois experts indépendants auprès des Nations Unies ont exprimé leur grave préoccupation concernant les informations selon lesquelles des défenseurs des droits de l'homme détenus en Iran ont été soumis à la torture et à des méthodes d'interrogation musclées pour obtenir des aveux utilisés contre eux devant les tribunaux révolutionnaires.