Le Roy plaide pour renforcer le soutien au maintien de la paix de l'Union africaine

26 octobre 2009

Le chef du maintien de la paix de l'ONU, Alain le Roy, a plaidé lundi devant le Conseil de sécurité pour un renforcement organisé et à long terme des opérations de maintien de la paix de l'Union africaine et pour un financement plus stable des opérations de paix en général.

« Si nous voulons aider l'Union africaine de façon crédible » à atteindre l'objectif de prévenir les conflits, « la communauté internationale doit soutenir plus activement le renforcement d'une capacité africaine de maintien de la paix », a affirmé M. Le Roy, Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, qui présentait au Conseil un nouveau rapport sur ce thème.

« Il s'agit notamment de la formation des troupes de chaque pays contributeur africain, de contributions financières aux opérations de maintien de la paix et de la volonté politique nécessaires à la résolution des conflits », a-t-il expliqué. « Nous devons nous fixer des buts et des priorités réalistes et faire tous les efforts nécessaires pour nous assurer que les personnes déployées dans les zones de conflit disposent des équipements requis ».

Au cours des cinq dernières années, des progrès considérables ont été faits, notamment dans le cadre du Programme décennal de renforcement des capacités de l'Union africaine, a déclaré M. Le Roy.

En même temps, les efforts conjoints des Nations Unies et de l'Union africaine au Darfour et en Somalie sont « autant de rappels de la diversité de la nature et de l'ampleur » des partenariats qui peuvent être mis en place, a-t-il dit. M. Le Roy a rappelé que de « sérieuses limitations » en termes de capacités et de moyens n'ont pas permis à ce partenariat d'atteindre son potentiel maximal.

Les Nations Unies ont travaillé en étroite collaboration avec l'Union africaine et ses partenaires pour veiller à ce que l'accroissement des capacités soit efficace, a déclaré M. le Roy, qui a estimé qu'il existait un large consensus sur la question. Il a aussi jugé essentiel que l'Union africaine définisse ses propres priorités et mette au point une feuille de route globale et à long terme.

« Mais la limitation des capacités ne représente pas le seul défi », a poursuivi M. Le Roy, qui a rappelé la nécessité pour les opérations de maintien de la paix de disposer de ressources durables et prévisibles.

« Ces opérations de maintien de la paix de l'Union africaine dépendent entièrement d'un petit nombre de donateurs, ce qui signifie qu'il n'existe aucune garantie que les capacités essentielles seront disponibles. Ceci, en retour, peut invalider les prévisions et mettre en danger une mission », a-t-il poursuivi.

Enfin, le Secrétaire général adjoint a rappelé que le maintien de la paix ne devait pas remplacer la recherche de solutions politiques et qu'une opération de maintien de la paix est plus efficace quand elle est déployée en soutien à un accord de paix.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le Conseil de sécurité appuie la Mission de l'Union africaine en Somalie

Les membres du Conseil de sécurité ont réaffirmé jeudi l'importance d'appuyer activement la Mission de l'Union africaine en Somalie (AMISOM) pour permettre au gouvernement fédéral de transition du président Cheick Sharif Ahmed, d'assurer la stabilité dans un pays en proie à l'insécurité généralisée.