VIH : Le chef d'ONUSIDA exhorte l'Inde à poursuivre ses efforts

8 octobre 2009

Le directeur exécutif du Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA), Michel Sidibé, qui effectue une visite en Inde, a exhorté les autorités indiennes à faire en sorte que les objectifs du pays en matière d'accès universel à la prévention, aux soins et au traitement dans le domaine du VIH soient atteints à l'horizon 2010.

Le directeur exécutif du Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA), Michel Sidibé, qui effectue une visite en Inde, a exhorté les autorités indiennes à faire en sorte que les objectifs du pays en matière d'accès universel à la prévention, aux soins et au traitement dans le domaine du VIH soient atteints à l'horizon 2010.

L'Inde est le pays d'Asie qui compte le plus de personnes vivant avec le VIH : elles seraient en effet 2,4 millions. Sur 100 personnes vivant avec le VIH, 61 sont des hommes et 39 des femmes. La prévalence est également élevée chez les personnes âgées de 15 à 49 ans.

Comme dans la plupart des pays d'Asie, l'épidémie est concentrée parmi les populations clés plus exposées au risque d'infection. Actuellement, six États sont considérés comme ayant une prévalence du VIH élevée – le Maharashtra, dans l'ouest, l'Andhra Pradesh, le Karnataka et le Tamil Nadu, dans le sud, et le Manipur et le Nagaland, dans le nord-est.

La Commission indépendante sur le sida en Asie a indiqué que l'Inde avait considérablement augmenté les dépenses publiques consacrées au VIH ces dernières années. Elles représentent près de 50% du budget total affecté au sida dans le pays.

À Delhi, M. Sidibé a félicité le gouvernement indien pour les progrès accomplis dans la riposte au VIH. Lors d'un entretien avec Mme K. Sujatha Rao, secrétaire d'État à la santé relevant du ministère de la Santé et du Bien-être familial, il a salué les résultats que le ministère et l'Organisation nationale de lutte contre le sida (NACO) ont atteints au-delà des objectifs fixés par le pays en matière d'élargissement de l'accès au traitement contre le VIH. Il s'est en outre déclaré satisfait de la mise en œuvre de programmes ciblés, qui ont des répercussions favorables sur les taux de transmission du VIH.

Le directeur exécutif de l'ONUSIDA a également approuvé la récente décision d'un tribunal de Delhi d'abroger l'article 377 du Code pénal indien qui criminalisait l'homosexualité en Inde. Cette décision historique est une grande victoire pour les groupes en faveur des droits en Inde et renforce les initiatives de la NACO visant à aller au-devant des personnes plus exposées au risque d'infection à VIH, comme les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes et les personnes transsexuelles.

Lors d'un entretien, M. Sidibé a demandé instamment à M. Dinesh Trivedi, ministre d'État à la santé, d'éviter tout relâchement dans la riposte au VIH devant d'autres défis émergents, tels que la grippe H1N1 et les problèmes de santé liés au changement climatique. Il a appelé l'Inde à renforcer son rôle dans l'organe de coordination du programme de l'ONUSIDA et à devenir un donateur du Programme commun, compte tenu de la place croissante qu'occupe le pays sur les scènes politique et économique au sein de la communauté mondiale.

Au cours de la semaine, M. Sidibé devait procéder à une série d'entretiens avec d'autres agents de l'État ainsi qu'avec des représentants de la société civile et du secteur privé.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.