L'UNESCO condamne le meurtre d'un journaliste nigérian

6 octobre 2009

Le directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Koïchiro Matsuura, a condamné mardi le meurtre de Bayo Ohu, rédacteur en chef adjoint du quotidien nigérian The Guardian, abattu le 20 septembre.

Le directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Koïchiro Matsuura, a condamné mardi le meurtre de Bayo Ohu, rédacteur en chef adjoint du quotidien nigérian The Guardian, abattu le 20 septembre.

« Je condamne le meurtre de Bayo Ohu », a déclaré M. Matsuura. « La liberté d'expression est un droit de l'homme fondamental et son corollaire, la liberté de la presse, est essentiel pour la démocratie et l'Etat de droit. Je suis sûr que, pour le bien de la société nigériane dans son ensemble, les autorités feront tout leur possible pour traduire en justice les coupables de ce crime ».

Plusieurs tireurs ont abattu Bayo Ohu à son domicile le dimanche 20 septembre au matin, alors qu'il préparait à aller à l'église. Les tueurs ont emporté son ordinateur et son téléphone portable, ce qui laisse penser que le crime est peut-être lié à l'activité journalistique de la victime, d'après l'International Press Institute (IPI).

D'après l'IPI, le Nigeria a connu au moins deux autres meurtres de journalistes depuis 2006.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le Prix UNESCO de la liberté de la presse à un journaliste sri-lankais assassiné

Lasantha Wickrematunge, journaliste sri-lankais et rédacteur en chef du Sunday Leader, assassiné le 8 janvier dernier, a été nommé lundi à titre posthume lauréat 2009 du Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO.