Kosovo : Ban salue le travail de la MINUK reconfigurée

5 octobre 2009
Le siège de la MINUK.

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, se félicite du travail de la Mission d'administration intérimaire des Nations Unies au Kosovo (MINUK) qui a achevé sa restructuration le 1er juillet, dans un rapport publié lundi.

« La MINUK est entrée dans une nouvelle phase, marquée par un souci de faciliter la coopération concrète entre les communautés, et entre les autorités de Pristina et de Belgrade », souligne M. Ban dans ce rapport remis au Conseil de sécurité.

« Cette coopération est nécessaire pour la normalisation de la situation au Kosovo ainsi que pour la stabilisation et le développement de la région de l'ouest des Balkans dans son ensemble », ajoute-t-il, encourageant la MINUK à poursuivre ses efforts.

La MINUK a été reconfigurée après que le Kosovo, province serbe sous administration des Nations Unies depuis 1999, a déclaré son indépendance le 17 février 2008.

Il note que la MINUK a poursuivi avec succès ses activités de médiation entre la communauté albanaise du Kosovo et la communauté serbe du Kosovo dans le nord du pays, notamment en désamorçant les tensions qu'ont suscité les travaux de reconstruction à Kroi et Vitakut/Brdjani, en étroite coopération avec la Mission État de droit menée par l'Union européenne au Kosovo (EULEX) et la force de maintien de la paix (KFOR).

Le Secrétaire général engage Belgrade et Pristina à user de leur influence pour maintenir le caractère apolitique du processus de reconstruction et appeler au calme.

La situation sécuritaire demeurant tendue dans le nord du Kosovo, il invite les parties à faire preuve de pragmatisme et de retenue, et à adopter des politiques constructives lors de l'examen des problèmes interethniques de caractère délicat.

Selon M. Ban, la contribution d'EULEX et de la KFOR à la sécurité et à la stabilité demeure essentielle compte tenu des tensions existantes dans le nord du Kosovo. Il engage les partis politiques qui désigneront des candidats aux élections organisées en novembre par les autorités du Kosovo d'éviter de tenir des propos incendiaires qui pourraient provoquer une escalade de la violence, en particulier dans le nord.

Il estime que les efforts déployés par son Représentant spécial pour amener Belgrade et Pristina à poursuivre une coopération concrète entre les parties, en étroite coopération avec l'Union européenne, n'ont guère donné de résultats.

Il se dit heureux que la MINUK et EULEX aient continué de renforcer leur coopération au cours de la période considérée, après qu'EULEX a assumé un rôle pleinement opérationnel en avril dans le cadre défini par la position de neutralité de l'ONU. « Il est crucial que l'ONU et l'Union européenne continuent de travailler sur la base d'une stratégie commune pour faire face aux problèmes que connaît la région, et en particulier pour gérer la situation dans le nord du Kosovo », dit-il.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.