Madagascar : L'Assemblée générale interdit au Président de transition de s'exprimer

26 septembre 2009

L'Assemblée générale de l'ONU a décrété vendredi que le Président de la Haute autorité de la transition de Madagascar, Andry Nirina Rajoelina, ne pouvait pas s'exprimer lors du débat général, alors que ce pays affronte toujours une crise politique qui a conduit à l'éviction du Président élu.

Le débat général de l'Assemblée générale a été interrompu pendant plusieurs minutes par une discussion sur l'opportunité de laisser monter à la tribune M. Rajoelina.

Les délégations ont suivi la motion d'ordre de la République démocratique du Congo (RDC) qui, au nom de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC), a nié à M. Rajoelina le droit de s'exprimer. La contre-proposition du Président de l'Assemblée générale, Ali Treki, qui suggérait de laisser M. Rajoelina monter à la tribune, a été rejetée par 23 voix contre, 4 voix pour et 6 abstentions, la très grande majorité des États Membres ayant choisi de ne pas participer au vote.

La SADC considère la prise de pouvoir de M. Rajoelina comme un coup d'État et réclame le retour à l'ordre constitutionnel. Le Président de la Haute autorité de la transition tient son pouvoir d'un directoire militaire qui le lui a remis après le départ forcé, le 17 mars dernier, du Président Marc Ravalomanana, pourtant réélu en 2006.

Le mois dernier, à la suite de pourparlers sous la médiation de l'ancien président du Mozambique Joaquim Chissano et d'une équipe conjointe incluant l'ONU, les forces politiques malgaches ont signé l'Accord de Maputo dans lequel toutes les parties s'engagent à former un gouvernement d'unité nationale.

Toutefois, les parties n'ont pas encore été en mesure de se mettre d'accord sur la composition de ce gouvernement.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Madagascar : Ban appelle à un accord sur un gouvernement d'union

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, exhorte toutes les parties impliquées dans la résolution de la crise politique à Madagascar à se mettre d'accord sur la composition du futur gouvernement d'union nationale, a indiqué sa porte-parole dans une déclaration publiée jeudi soir.