Le Venezuela estime que la révolution triomphe en Amérique latine

24 septembre 2009

Les pays d'Amérique du Sud et des Caraïbes mènent une révolution non violente après des années de souffrances, a estimé jeudi le président du Venezuela Hugo Chávez dans un discours à l'Assemblée générale de l'ONU.

Au deuxième jour du débat général de la 64ème session de l'Assemblée générale à New York, Hugo Chávez a critiqué dans un long discours le capitalisme, soulignant que ce n'est que « par le socialisme que l'on pourra rêver » d'un développement social et progressiste (texte et vidéo du discours).

« C'est une révolution historique, une révolution morale et spirituelle, qui est globale et nécessaire », a-t-il indiqué. « C'est une révolution qui va au-delà de l'idéologie et même de la géographie et de la géopolitique ».

Pendant trop longtemps, a-t-il noté, les populations d'Amérique latine ont souffert ou ont été exploitées, tandis que des millions ont connu la faim et les privations.

Aujourd'hui, a-t-il dit, son pays et de nombreux autres dans la région ambitionnent d'introduire de nouvelles formes de socialisme. « Le XXIème siècle sera notre siècle », a-t-il dit.

Hugo Chávez s'est par ailleurs tourné vers la situation au Honduras, affirmant que le coup d'Etat « ne remporterait pas la victoire », et appelant au retour au pouvoir du président renversé José Manuel Zelaya.

S'il a salué l'allocution du président des Etats-Unis Barack Obama au même podium comme étant porteuse « d'espoir », il a accusé le ministère américain de la défense d'appuyer le coup d'Etat au Honduras, s'interrogeant sur le rôle du président américain dans cette intervention.

« Qui es-tu Obama ? Y-a-t-il deux Obamas ? », s'est-il interrogé.

Compte-rendu de la séance de jeudi à l’Assemblée générale

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

UNESCO : La liberté de la presse menacée au Venezuela

Le directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Koïchiro Matsuura, a exprimé mercredi sa profonde inquiétude concernant la liberté de la presse au Venezuela suite à la récente décision de suspendre les licences de 34 stations de radio et de télévision.