La Russie favorable à de nouveaux accords de désarmement

23 septembre 2009
Le président de la Russie Dimitri Medvedev.

La Russie s'est dite mercredi prête à discuter de façon approfondie avec les Etats-Unis de leur coopération en matière de désarmement, lors de son intervention à l'Assemblée générale de l'ONU.

« La Guerre froide est finie. Mais le monde n'est pas devenu plus sûr. Et tout le monde s'en est déjà rendu compte. Aujourd'hui il nous faut des solutions véritablement modernes », a plaidé le président de la Russie Dmitry Medvedev (texte et vidéo du discours).

Il a souhaité que « la sécurité d'un [Etat] ne soit pas assurée aux dépens de ceux d'un autre » et appelé à un nouveau cadre juridique sécuritaire pour l'espace euro-atlantique.

Il a dit souhaiter parvenir avec les Etats-Unis à des accords acceptables. « Mais tout progrès réel dans le désarmement nucléaire est impossible si l'on ne se penche pas aussi sur les missiles de défense nationale [NMD] – les systèmes de défense contre les missiles balistiques intercontinentaux – et le potentiel de « l'électricité sans atome » [SOA – Strom ohne Atom] », a-t-il ajouté.

Le président russe a estimé par ailleurs qu'il était possible pour d'autres Etats nucléaires de faire des progrès dans le désarmement sans attendre de nouvelles avancées de la Russie et des Etats-Unis. « Nous pouvons commencer à élaborer par avance des accords acceptables qui prennent en compte la taille des potentiels [d'armement] », ce qui introduira un élément de certitude dans les objectifs à réaliser.

Il a souhaité le succès de la conférence d'examen du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) en 2010 ainsi que des progrès sur la sécurité nucléaire pour la prévention du terrorisme nucléaire, la renforcement du régime de non-prolifération et de l'atome pacifique, de même que le succès du Sommet mondial sur la sécurité nucléaire en avril prochain.

Le président Medvedev a également souhaité l'établissement d'une zone débarrassée de toutes armes nucléaires et de toutes armes de destruction massives au Moyen-Orient.

Par ailleurs, la Russie a proposé que l'Assemblée générale adopte en mai prochain une résolution commémorant le 65ème anniversaire de la fin de la seconde guerre mondiale.

« Nous ne pouvons pas permettre que ses horribles leçons ne soient oubliées », a-t-il dit, dénonçant le retour des organisations néo-nazies, les crimes racistes, nationalistes et ethniques, ainsi que les tentatives pour blanchir le nazisme, nier l'Holocauste et réviser les jugements du tribunal de Nuremberg.

Compte-rendu de la séance de mercredi à l'Assemblée générale

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.