Le Royaume-Uni propose un pacte mondial sur l'arme atomique

23 septembre 2009
Le Premier ministre britannique Gordon Brown.

Le Premier ministre du Royaume-Uni Gordon Brown a prévenu mercredi contre les dangers de la prolifération nucléaire et a proposé un pacte mondial sur l'arme atomique, lors de son allocution à l'Assemblée générale de l'ONU.

« Ma proposition est un grand pacte mondial entre les pays qui disposent de l'arme atomique et ceux qui ne l'ont pas », a lancé M. Brown (texte et vidéo du discours).

« Tout d'abord, il ne doit y avoir aucune ambiguïté : l'Iran et la Corée du Nord doivent savoir que le monde sera encore plus ferme sur la prolifération et que nous sommes prêts à envisager de nouvelles sanctions », a-t-il ajouté.

Le Royaume-Uni offrira l'énergie nucléaire aux pays qui ne l'ont pas et qui renoncent à tout plan en faveur de l'acquisition d'armes nucléaires, a-t-il expliqué, envisageant une « banque d'uranium » et un cycle du combustible nucléaire qui ne produise pas d'émissions de carbone et qui ne favorise pas la prolifération nucléaire.

Enfin, « tous les pays qui ont l'arme atomique doivent jouer leur rôle et réduire leurs stocks d'armes nucléaires. C'est exactement ce que le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) prévoit », a-t-il souligné.

Gordon Brown a annoncé qu'il étudiait la possibilité de réduire la flotte de sous-marins atomiques militaires de son pays de quatre à trois.

Sur la question des changements climatiques, le Premier ministre britannique a annoncé qu'il se rendrait personnellement à la Conférence sur les changements climatiques de Copenhague de décembre 2009 – l'accord à conclure étant selon lui trop important pour le laisser à des négociateurs.

Il a aussi proposé « une nouvelle approche du financement de l'action contre le changement climatique », qui devrait fournir à partir de sources publiques et privées près de 100 milliards de dollars par an aux pays en développement d'ici à 2020.

Le Premier ministre britannique a enfin insisté sur la nécessité de maintenir le cap dans la guerre en Afghanistan, afin d'éviter que le pays ne serve de nouveau de base arrière à Al Qaida.

Il s'est aussi vivement félicité de la décision de plusieurs pays africains et asiatiques – le Burundi, la Sierra Leone, le Malawi, le Népal, le Libéria et le Ghana – de fournir une couverture médicale universelle et gratuite, ce qui l'étendra à 10 millions de personnes.

Compte-rendu de la séance de mercredi à l’Assemblée générale

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.