La Libye veut faire de l'Assemblée générale un vrai organe législatif de l'ONU

23 septembre 2009

Le dirigeant libyen Muammar al-Qadhafi a souhaité mercredi que les résolutions de l'Assemblée générale de l'ONU deviennent obligatoires et que cet organe devienne le principal organe législatif des Nations Unies, lors d'un discours de près d'une heure et demie mercredi à l'Assemblée générale de l'ONU.

Muammar al-Qadhafi, au pouvoir en Libye depuis 1969, prononçait son premier discours à l'Assemblée générale, qui est présidée cette année par le Libyen Ali Treki. La Libye siège également de façon temporaire au Conseil de sécurité et préside actuellement l'Union africaine (texte et vidéo du discours).

Faisant de nombreuses digressions politiques et historiques, de la demande d'une enquête sur les guerres de Corée et du Vietnam ou plus récemment sur le conflit à Gaza à l'assassinat du président américain John F. Kennedy et à la mort en 1961 du Secrétaire général de l'ONU Dag Hammarskjöld, le dirigeant libyen a rappelé que les trois pays à l'origine de la création des Nations Unies, qui ont créé cette Organisation après la défaite de l'Allemagne, se sont arrogés le droit de veto au Conseil de sécurité et ont imposé au reste du monde « un habit qui n'était pas coupé pour lui ».

Le préambule de la Charte des Nations Unies rappelle pourtant que toutes les nations sont égales, s'est étonné M. Qadhafi. Mais comment peut-on dire, à la lumière de la composition du Conseil, que les nations sont égales? Le veto, privilège de quelques-uns, est contre tous les principes de la Charte, a-t-il affirmé.

« Son préambule stipule également que le recours à la force ne peut être invoqué que dans des situations d'intérêt commun. Il y a eu pourtant 65 guerres après l'établissement du Conseil de sécurité, et personne ne peut dire qu'elles ont été menées dans l'intérêt de la communauté internationale », a poursuivi M. Al-Qadhafi. Si une agression est perpétrée par un pays contre un autre, l'ONU doit y mettre un terme. « Si la Libye veut agresser la France, il faut que l'ONU l'en dissuade ». Mais comme l'histoire l'a montré, de nombreuses guerres ont été lancées par les pays qui se sont pourtant engagés à défendre l'indépendance et la souveraineté des peuples, les mêmes qui occupent un siège permanent au Conseil de sécurité.

Personne n'a le droit d'intervenir dans une situation intérieure, quel que soit le régime en vigueur dans le pays concerné, même s'il s'agit d'une dictature. Si on nous avait parlé du droit de veto, nous n'aurions jamais rejoint cette Organisation, a assuré M. Qadhafi. « Nous récusons aujourd'hui l'augmentation du nombre des sièges permanents au Conseil de sécurité », a-t-il dit, soulignant que cette expansion ne ferait que renforcer l'injustice, l'iniquité et les rivalités entre tous les pays qui aspirent à rejoindre le Conseil.

« Nous n'avons pas besoin d'une Assemblée générale bis, mais d'une Assemblée qui serait l'instrument législatif universel des Nations Unies et d'un transfert des prérogatives aux groupes régionaux », a estimé le dirigeant libyen. « L'organe suprême des Nations Unies est l'Assemblée générale », a insisté M. Qadhafi, qui a annoncé qu'il allait soumettre ses propositions de réforme du Conseil au cours de la soixante-quatrième session. Il faut laisser le Conseil de sécurité en l'état et transférer les pouvoirs à l'Assemblée générale, selon lui.

« Nous sommes des pays indépendants et nous voulons assurer l'égalité et l'équité de tous », a-t-il insisté. Le terrorisme n'est pas seulement celui d'Al-Qaida mais aussi celui des décisions imposées par certains États. « Celui qui dit: moi, je suis au-dessus de l'Assemblée générale, qu'il aille voir ailleurs », s'est exclamé le président libyen. Si tel n'est pas le cas, on doit appeler ce Conseil, le « Conseil du terrorisme ».

Parce quand cela les arrange, ils invoquent le Chapitre VII de la Charte ou le chapitre « je-sais-pas-quoi ». Quand ils n'en ont pas besoin, ils la mettent de côté, a ajouté M. Qadhafi, en soupçonnant que les grands pays veuillent utiliser le Conseil pour terroriser le tiers monde.

La Cour internationale de justice impose aussi des décisions aux petits pays alors que d'autres, plus puissants, refusent de les appliquer, a-t-il poursuivi. L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), a-t-il encore dit, se garde bien de vérifier les grandes puissances nucléaires. « J'ai appelé un jour ElBaradei et je lui ai dit: en ce qui concerne les arsenaux des grands pays, avez-vous les moyens de vérifier? ». Il m'a dit non, a-t-il révélé.

Le président libyen s'est félicité de voir un « noir » d'origine kenyane à la tête d'un pays comme les États-Unis, considérant Barack Obama « en quelque sorte comme une lueur dans l'obscurité. Si M. Obama reste toujours au pouvoir, alors nous sommes tranquilles », a-t-il dit sous les applaudissements. Le discours prononcé aujourd'hui par le président Obama est vraiment différent de celui de ses prédécesseurs, a-t-il salué.

Voulant alléger le fardeau de l'Amérique, il a proposé de transférer le siège des Nations Unies vers un autre pays pour 50 ans et ainsi de suite. Le président a également évoqué la question du Moyen-Orient, en se prononçant pour un État israélo-palestinien qu'il nommerait « Isratine ».

Compte-rendu de la séance de mercredi à l’Assemblée générale

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le Libyen Ali Treki élu président de l'Assemblée générale pour 2009/2010

Le Libyen Ali Abdessalam Treki a été élu mercredi à la présidence de la 64ème session de l'Assemblée générale de l'ONU qui siègera à partir de septembre 2009 à New York.