Ban salue le transfert d'une figure du génocide rwandais au Tribunal international

22 septembre 2009

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a salué mardi le transfert par le gouvernement congolais d'une figure du génocide rwandais, Grégoire Ndahimana, au Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a salué mardi le transfert par le gouvernement congolais d'une figure du génocide rwandais, Grégoire Ndahimana, au Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Grégoire Ndahimana, citoyen rwandais et figure emblématique des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), a été arrêté dans l'est de la République démocratique du Congo par l'armée congolaise le 10 août dernier, selon un message transmis par la porte-parole du Secrétaire général Michèle Montas.

Grégoire Ndahimana figurait parmi les 13 fugitifs inculpés par le TPIR pour avoir commis des violations graves du droit international humanitaire au Rwanda en 1994.

Son arrestation et son transfert le 20 septembre 2009 au TPIR ont été facilités par la Mission de l'Organisation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC), à la demande des autorités congolaises.

Selon la presse, Grégoire Ndahimana est l'ancien maire de Kivuma, au Rwanda, où la plupart des 6.000 habitants Tutsis ont été massacrés pendant le génocide en 1994. Il a été inculpé par le TPIR pour génocide, notamment pour avoir orchestré avec le prêtre catholique Athanase Seromba le massacre de près de 2.000 Tutsis réfugiés dans une église, qui a été rasée au bulldozer.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

TPIR : Un responsable industriel rwandais plaide coupable de complicité de génocide

L'ancien directeur général du bureau de l'industrie du thé au Rwanda, Michael Bagaragaza, a plaidé jeudi coupable de complicité de génocide, a annoncé le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).