Yémen : Le cessez-le-feu n'est pas respecté, selon le HCR

22 septembre 2009

La situation dans la province de Sa'ada au nord du Yémen reste instable en dépit d'une suspension des combats, pour une durée annoncée de deux semaines, à l'occasion des fêtes de la fin du Ramadan, selon le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR).

La situation dans la province de Sa'ada au nord du Yémen reste instable en dépit d'une suspension des combats, pour une durée annoncée de deux semaines, à l'occasion des fêtes de la fin du Ramadan, selon le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR).

C'est le second cessez-le-feu en moins d'un mois. Un calme relatif aurait régné dans la ville de Sa'ada à la fin de la semaine dernière, toutefois un regain de tension a été observé ce week-end dans plusieurs quartiers de la ville, selon un communiqué du HCR publié mardi.

Durant la brève accalmie des combats, quelque 1.600 habitants de Sa'ada ont reçu une assistance via une ONG locale partenaire du HCR. Les réserves d'aide de l'agence à Sa'ada diminuent et l'établissement de corridors humanitaires pour l'acheminement de l'aide dans cette zone reste une priorité absolue pour le HCR.

Dans les provinces voisines, le HCR aide les déplacés se trouvant dans et en dehors des camps. Chaque jour, des familles arrivent au camp d'Al Mazraq dans la province de Hajjah, où sont désormais hébergés quelque 5.000 déplacés.

Certains ont marché des jours avant d'arriver dans ce camp. Les personnes présentes dans le camp luttent au quotidien pour survivre et elles sont confrontées à des conditions météorologiques défavorables. De fortes pluies ont endommagé plus de 50 tentes dans le camp ce week-end, laissant des centaines de familles sans abri.

Une équipe du HCR est arrivée sur place en urgence pour réparer ou remplacer des tentes. Pour fournir davantage d'aide, le HCR a engagé un nouveau partenariat avec Islamic Relief – Yémen (IRY).

Durant la finalisation de la préparation d'un nouveau camp à Khaiwan dans la province d'Amran, le HCR et ses partenaires continuent à enregistrer des déplacés en dehors du camp, tout spécialement ceux ayant trouvé refuge dans des écoles ou au sein de familles d'accueil. Le HCR distribue également de l'aide à quelque 2.100 déplacés enregistrés dans les villes d'Amran et de Khamir.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.