Timor-Leste : L'ONU préoccupée par la libération de l'auteur d'un massacre

31 août 2009

Le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) s'est déclaré lundi préoccupé par les informations selon lesquelles les autorités du Timor-Leste auraient libéré dimanche un ancien chef de milice soupçonné d'être impliqué dans un massacre en 1999.

Le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) s'est déclaré lundi préoccupé par les informations selon lesquelles les autorités du Timor-Leste auraient libéré dimanche un ancien chef de milice soupçonné d'être impliqué dans un massacre en 1999.

Cet ancien chef de milice, Martenus Bere, aurait dirigé une attaque qui a entraîné la mort d'au moins 40 personnes, dont des femmes, des enfants et des prêtres dans un district du Timor-Leste le 6 septembre 1999.

« Si elle est avérée, sa libération serait contraire aux résolutions du Conseil de sécurité qui a établi la Mission intégrée des Nations Unies au Timor-Leste (MINUT) et remettrait en cause sérieusement le principe de responsabilité pour les crimes contre l'humanité », a dit la porte-parole adjointe du Secrétaire général, Marie Okabe, lors d'un point de presse au siège des Nations Unies à New York.

La position de l'ONU est qu'il ne peut y avoir ni amnistie, ni impunité pour les crimes graves tels que les crimes de guerre, les crimes de génocide et contre l'humanité. Dans ce contexte, le HCDH est fermement opposé à la libération d'un individu qui a été arrêté pour un crime de cette nature, a-t-elle ajouté.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.