Iraq : Le Conseil de sécurité condamne les attentats à Bagdad

19 août 2009

Les membres du Conseil de sécurité ont condamné mercredi la série d'attentats terroristes survenue dans la capitale iraquienne et qui a coûté la vie à près de 100 personnes.

Ces incidents se sont produits le jour de la commémoration qui marque l'attentat à la bombe, du 19 août 2003, commis contre l'hôtel Canal à Bagdad, et qui avait tué 22 membres du personnel de l'ONU, dont le chef de la Mission de l'ONU en Iraq de l'époque Sergio Vieira de Mello, et fait plus de 150 blessés.

Le Conseil de sécurité, dans une déclaration lue à la presse par son président pour le mois d'août, le représentant de la Grande Bretagne John Sawers, a indiqué qu'il se servait de « cette triste occasion pour réitérer son ferme soutien » aux travailleurs humanitaires de l'ONU et de son personnel en Iraq.

Le Secrétaire général de l'ONU, M. Ban Ki-moon, qui s'exprimait à l'occasion de la première journée internationale de l'aide humanitaire, a fait part de son côté de sa tristesse face au regain de violence qui persiste en Iraq.

Les 15 membres du Conseil de sécurité ont également souligné mercredi la nécessité de traduire en justice ceux qui se cachent derrière des « actes de terrorisme répréhensible », et ont appelé toutes les nations à coopérer activement avec les autorités iraquiennes à cette fin.

Les membres du Conseil de sécurité ont rappelé qu'aucun acte de terrorisme ne peut faire reculer les avancées en faveur de la paix, de la démocratie et de la reconstruction en Iraq, soutenues par le peuple et le gouvernement iraquiens et par la communauté internationale.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'Iraq à nouveau dans une phase critique avant les élections de janvier 2010 - Ban

L'Iraq entre à nouveau dans une phase critique, caractérisée par ses responsabilités accrues en matière de sécurité et par les importantes élections nationales prévues pour janvier 2010, estime le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, dans un rapport rendu public lundi.