Liban : La résolution 1701 au centre de discussions de l'Envoyé de l'ONU avec Hariri

14 août 2009

L'Envoyé de l'ONU pour le Liban, Michael Williams, a rencontré jeudi le Premier ministre-désigné Saad Hariri lors d'un entretien qui a été l'occasion d'aborder la formation d'un nouveau gouvernement et la mise en oeuvre de la résolution 1701 (2006) qui avait mis fin au conflit entre Israël et le Hezbollah au Sud-Liban en 2006.

L'Envoyé de l'ONU pour le Liban, Michael Williams, a rencontré jeudi le Premier ministre-désigné Saad Hariri lors d'un entretien qui a été l'occasion d'aborder la formation d'un nouveau gouvernement et la mise en oeuvre de la résolution 1701 (2006) qui avait mis fin au conflit entre Israël et le Hezbollah au Sud-Liban en 2006.

« Cette semaine marque le troisième anniversaire de la résolution 1701 du Conseil de sécurité. Au cours des trois dernières années, beaucoup a été fait dans la mise en oeuvre de la résolution, y compris la plus longue période de calme le long de la Ligne bleue [délimitant la frontière avec Israël] et au Sud-Liban depuis des décennies », a dit Michael Williams, Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le Liban, lors d'un point de presse à Beyrouth jeudi.

La résolution appelait à « la cessation immédiate par le Hezbollah de toutes ses attaques » et « la cessation immédiate par Israël de toutes ses opérations militaires offensives ». Elle appelait ensuite « le gouvernement du Liban et la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL) à déployer leurs forces de concert à travers le Sud [du Liban] ». Un des principaux objectifs de cette extension était « qu'il n'y ait plus d'armes déployées sans le consentement du gouvernement du Liban » et « pas d'autre autorité que celle du gouvernement libanais », sur le Sud-Liban, qui avait servi de base d'attaque contre Israël par le Hezbollah.

« Nous travaillons maintenant avec les différentes parties concernées pour nous assurer que ce calme persiste », a ajouté le Coordonnateur spécial.

« Les autorités libanaises et différents partis politiques et groupes libanais m'ont assuré de leur engagement envers la résolution 1701 », a dit M. Williams. « J'ai aussi fait savoir au Premier ministre-désigné Hariri l'espoir que le nouveau gouvernement, une fois formé, réitèrerait cet engagement et travaillerait activement à la pleine mise en oeuvre de la résolution ».

Michael Williams a souhaité qu'un gouvernement libanais soit formé rapidement afin qu'il puisse faire face aux nombreux défis socio-économiques qui se posent au pays.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.