RDC : L'ambassadeur de bonne volonté Laport horrifié par les violences contre les femmes

4 août 2009

Ambassadeur de bonne volonté du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) depuis 2006, l'acteur populaire Uruguayen Osvaldo Laport a effectué sa première mission sur le terrain en dehors de l'Amérique latine dans la province agitée du Nord-Kivu en République Démocratique du Congo (RDC) où les violences contre les femmes lui ont fait l'effet d'un cauchemar.

Ambassadeur de bonne volonté du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) depuis 2006, l'acteur populaire Uruguayen Osvaldo Laport a effectué sa première mission sur le terrain en dehors de l'Amérique latine dans la province agitée du Nord-Kivu en République Démocratique du Congo (RDC) où les violences contre les femmes lui ont fait l'effet d'un cauchemar.

« Je recherchai depuis quelque temps une cause à laquelle donner un pourcentage des revenus que je tirais d'un nouveau parfum portant mon nom. En 2004, des amis ont suggéré le HCR. J'ai fait des recherches sur le travail de l'agence jusqu'au moment où j'ai décidé de m'investir. Un des éléments qui m'a le plus touché est que la majorité des personnes sous la protection du HCR sont des femmes et des enfants », a déclaré l'acteur lors d'une interview avec le HCR.

« Lorsque j'ai été nommé Ambassadeur de bonne volonté, mon parfum était vendu sous le nom de "Un temps pour la paix." C'était une merveilleuse coïncidence vu qu'un des objectifs principaux du HCR est la recherche de la paix pour que les personnes qui ont du fuir leur pays puissent y retourner un jour », a-t-il dit.

S'agissant du Congo, il a dit avoir découvert que « les humains ont une capacité illimitée pour faire souffrir. Dans tous les camps que j'ai visités j'ai ressenti la même honte en tant qu'être humain lorsque j'écoutais des témoignages... [venant] d'une communauté de Pygmées, de déplacés congolais, de réfugiés rwandais et angolais, d'enfants soldats, de femmes victimes d'abus . . . C'est comme un cauchemar duquel j'ai du mal à me réveiller ».

« Je continue à chercher ce que cette première mission sur le terrain m'a appris. Au début c'était le fait d'être confronté à une idée, à un lieu reculé et inconnu. Aujourd'hui, presque un mois après le retour dans ma famille, je me bats pour gérer les émotions que je ressens quasiment tous les matins en me réveillant– les images et la tristesse », a-t-il ajouté.

Osvaldo Laport s'est dit particulièrement horrifié par « l'humiliation, la discrimination et la mutilation des femmes ».

« Il est essentiel que les enfants des personnes déplacées puissent aller à l'école et que la violence sexospécifique soit combattue. D'une part il faut punir ces crimes, d'autre part une large équipe de spécialistes et de professionnels doit être mobilisée pour apporter une aide psychologique aux victimes », a-t-il dit.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

RDC : Ban alarmé par les viols à la prison de Goma

Le Secrétaire général de l'ONU s'est déclaré mardi « profondément alarmé » par le viol et les agressions sexuelles dont ont été victimes environ 20 détenues au cours d'une tentative d'évasion de la prison centrale de Goma, dans l'Est de la République démocratique du Congo (RDC).