Népal : Le retard pris par le processus de paix suscite l'inquiétude

31 juillet 2009
Karin Landgren.

Le retard pris par le processus de paix au Népal suscite l'inquiétude, a déclaré vendredi la représentante du Secrétaire général dans ce pays, Karin Landgren, qui a appelé toutes les parties à agir et à s'exprimer avec retenue pour rétablir la confiance mutuelle.

« Le processus de paix a pris du retard et c'est un sujet de grande inquiétude », a dit Mme Landgren lors d'une conférence de presse à Katmandou. Elle a souligné qu'au cours des derniers mois, la méfiance et les divisions entre les parties s'étaient accrues, entraînant ainsi une interruption de la planification de la démobilisation de membres de l'armée maoïste et un retard dans la rédaction de la Constitution.

« L'engagement contenu dans la Constitution provisoire d'adapter et de démocratiser l'armée népalaise reste en sommeil et les efforts pour lutter contre l'impunité face aux violations des droits de l'homme sont à la traîne », a-t-elle ajouté.

Mme Landgren a souligné que les dirigeants politiques lui avaient indiqué la veille que l'instauration du mécanisme consultatif politique de haut niveau destiné à servir de forum de discussion pour les questions cruciales du processus de paix était imminente. Ils lui ont précisé que leur attention au sein de ce mécanisme inclurait la nouvelle Constitution. « C'est particulièrement important à la lumière du consensus qui sera nécessaire pour établir la nouvelle structure fédérale du Népal », a-t-elle dit.

Malgré les retards, le processus de paix au Népal a eu beaucoup de succès depuis ses débuts, a jugé la représentante de l'ONU. Mais elle a jugé « crucial que toutes les parties agissent et s'expriment avec retenue, en adhérant strictement aux accords de paix, pour rétablir la confiance nécessaire ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.