L'envoyé de l'ONU souhaite une présence permanente en Somalie

29 juillet 2009

Le représentant spécial du Secrétaire général pour la Somalie, Ahmedou Ould-Abdallah, a réclamé mercredi devant le Conseil de sécurité une transformation de la présence « temporaire » de l'ONU à Nairobi, au Kenya, et un renforcement de la présence des Nations Unies dans la capitale Mogadiscio pour commencer.

« L'heure est venue pour les Nations Unies de montrer qu'elle est sérieuse dans son intention de venir en Somalie. Notre présence temporaire à Nairobi [capitale du Kenya] n'a que trop duré », a-t-il lancé aux 15 membres du Conseil de sécurité lors de sa présentation du dernier rapport du Secrétaire général sur la Somalie au Conseil de sécurité.

Il a très concrètement proposé la création d'une « zone verte », « similaire à celle créée ailleurs » [c'est-à-dire notamment en Iraq] afin que son bureau, les agences des Nations Unies y compris les agences humanitaires, les diplomates concernés et les organisations non gouvernementales (ONG) puissent déménager à Mogadiscio.

Ahmedou Ould-Abdallah a considéré comme un « tournant » le fait que la population et les chefs traditionnels rejettent maintenant la violence et soutiennent les efforts du gouvernement pour faire échouer les tentatives pour le renverser. Il a aussi dénoncé la « tentative d'un petit groupe intéressé par son seul profit immédiat de prendre tout le pays en otage ».

Le représentant spécial a demandé une assistance accrue pour la Mission de l'Union africaine en Somalie (AMISOM) et pour la coordination et l'organisation des forces de sécurité gouvernementales.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Somalie : Les tentatives de coup d'Etat inquiétantes - rapport

Les récentes tentatives pour renverser par la force le gouvernement somalien sont inquiétantes, affirme le Secrétaire général dans un rapport au Conseil de sécurité sur la situation en Somalie rendu public jeudi.