La MONUC enquête sur des abus sexuels impliquant des casques bleus

24 juillet 2009

La Mission de l'Organisation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC) a annoncé vendredi l'envoi dans l'est du pays d'une mission d'évaluation dans le cadre du renforcement des mesures préventives contre l'exploitation et les abus sexuels (EAS) impliquant des Casques bleus.

La Mission de l'Organisation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC) a annoncé vendredi l'envoi dans l'est du pays d'une mission d'évaluation dans le cadre du renforcement des mesures préventives contre l'exploitation et les abus sexuels (EAS) impliquant des Casques bleus.

Le Commandant de la Force de la MONUC, le Général Babacar Gaye, s'est déclaré préoccupé par la persistance des rumeurs de mauvaise conduite et a exprimé l'espoir que l'équipe d'évaluation permettra de les éclairer. «S'ils trouvent des indications de mauvaise conduite, nous les soumettrons à un processus d'enquête plus formel,» a-t-il assuré, selon un communiqué.

L'équipe d'évaluation est dirigée par un officier supérieur de la Brigade du Nord Kivu qui est appuyé par une femme fonctionnaire au sein de l'Unité de Conduite et Discipline (UCD) de la MONUC, ainsi que par un officier de liaison militaire, représentant l'UCD à Goma et un officier indépendant désigné par le chef d'Etat Major adjoint à Goma.

Ils se rendront dans un certain nombre de bases opérationnelles et visiteront des camps où des dizaines de milliers de Congolais déplacés par les violences dans le Nord Kivu cherchent protection. L'équipe d'enquête doit rendre son rapport d'ici la fin du mois en cours.

Cette initiative intervient après la nomination, l'année dernière, de 48 officiers militaires pour agir comme points focaux au sein des contingents militaires des différents pays au sein de la MONUC et renforcer sur le terrain les programmes de formation à la prévention de l'exploitation et des abus sexuels ainsi que les procédures pour exposer les infractions.

Les points focaux ont terminé, le 25 juin à Goma, un programme de cours de remise à niveau sur la prévention contre l'exploitation et les abus sexuels.

Dans une directive datée du 27 juin dernier destinée aux Commandants de brigade de la MONUC, le Général Gaye a indiqué que 10 cas d'exploitation et d'abus sexuel avaient fait l'objet d'enquête par la police militaire en 2008, mais qu'il était préoccupé par la possibilité de l'existence d'autres cas que l'on n'aurait pas détectés.

Il s'est dit particulièrement préoccupé par la possibilité d'entorses au Code de conduite de la Mission de la part des soldats stationnés dans des endroits reculés.

Mr. Alan Doss, le Représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU en RDC, a salué le renforcement supplémentaire de la conduite et discipline au sein de la Mission qui constitue un appui à la prévention.

«Ce dont nous parlons ici, c'est de tolérance zéro pour tout comportement qui ne respecte pas les femmes et les filles ainsi que les communautés au sein desquelles ils vivent», a-t-il souligné.

«Ceci s'adresse autant à nos 3.000 gardiens civils de la paix qu'aux militaires. Un nombre très réduit de Casques bleus ont, par le passé, abusé de la confiance du peuple congolais, et l'écrasante majorité, constituée de ceux qui servent avec honneur au sein de la Mission, s'indigne du dommage qu'une poignée d'individus peut causer à la crédibilité du maintien de la paix», a-t-il précisé.

Le Général Gaye a expliqué que tout indice qui serait mise en lumière par la mission d'évaluation ferait l'objet d'une enquête formelle par la branche investigatrice de l'ONU qui opère en dehors de la chaîne de commandement de la MONUC.

«J'ai instruit mes commandants pour qu'ils s'assurent que nos Casques bleus comprennent que chacun, quel que soit son grade et son rang, a la responsabilité d'être vigilant et de dénoncer immédiatement les transgresseurs auprès de leurs points focaux EAS ou auprès de leurs supérieurs», a souligné le Général Gaye.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

RDC : Inquiétudes concernant la situation humanitaire et les droits de l'homme

Les opérations menées pour démanteler les groupes armés opérant dans l'Est de la République démocratique du Congo (RDC) suscitent des inquiétudes, notamment quant à leur impact humanitaire sur les civils, a déclaré vendredi devant le Conseil de sécurité, le Représentant spécial du Secrétaire général en RDC, Alan Doss, estimant qu'il fallait aussi agir contre les auteurs de violences.