ONUSIDA : Un nouveau traitement réduit la transmission du VIH de la mère à l'enfant

22 juillet 2009

Une nouvelle étude de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) montre que les bébés des femmes séropositives qui reçoivent une combinaison de médicaments antirétroviraux à partir de la grossesse jusqu'à six mois après le début de l'allaitement, ont 40% moins de chances d'être infectés par le VIH.

Une nouvelle étude de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) montre que les bébés des femmes séropositives qui reçoivent une combinaison de médicaments antirétroviraux à partir de la grossesse jusqu'à six mois après le début de l'allaitement, ont 40% moins de chances d'être infectés par le VIH.

L'étude, intitulée Kesho Bora – un avenir meilleur, en Swahili – a été présentée à la cinquième conférence de la AIDS Society au Cap (Afrique du Sud) qui se tenait du 19 au 22 juillet, selon un communiqué.

L'étude, menée entre juin 2005 et août 2008 sur 1.140 femmes en cinq endroits en Afrique (Burkina Faso, Kenya et Afrique du Sud), montre une réduction significative des infections au nourrisson lorsqu'on distribue un cocktail de trois antirétroviraux sur une période plus longue du dernier trimestre de la grossesse à six mois après l'allaitement, au lieu d'un régime court juste avant et après l'accouchement.

Dans de nombreux pays en développement, les femmes font face à un choix difficile : soit allaiter leurs enfants et risquer la transmission du virus par le lait, soit les nourrir au lait artificiel, ce qui les prive d'agents immunitaires nécessaires pour lutter contre la diarrhée ou d'autres affections mortelles.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Baisse des investissements pour la recherche d'un vaccin contre le VIH

Un nouveau rapport sur les investissements alloués à la recherche sur la prévention du VIH en 2008 constate que les niveaux de financement pour la recherche d'un vaccin contre le VIH ont baissé pour la première fois depuis que les tendances des investissements font l'objet d'un suivi, annonce lundi le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA).