Darfour : Meilleure coopération du gouvernement mais les tensions demeurent

17 juillet 2009

Si l'ampleur du conflit au Darfour (Soudan) s'est réduite avec le temps, la situation sur le plan de la sécurité est restée extrêmement tendue et continue de constituer une menace pour les civils et d'imposer des contraintes extrêmement lourdes à l'Opération hybride UA-ONU au Darfour (MINUAD), selon un rapport publié vendredi.

Si l'ampleur du conflit au Darfour (Soudan) s'est réduite avec le temps, la situation sur le plan de la sécurité est restée extrêmement tendue et continue de constituer une menace pour les civils et d'imposer des contraintes extrêmement lourdes à l'Opération hybride UA-ONU au Darfour (MINUAD), selon un rapport publié vendredi.

Les conditions de sécurité, les problèmes logistiques et l'âpreté du climat qui caractérisent le Darfour ont soumis à très rude épreuve les unités militaires et les unités de police de la Mission, indique ce rapport du Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, au Conseil de sécurité.

Pour que ces unités puissent fonctionner dans un milieu si extrême, les pays fournisseurs de contingents et d'unités de police doivent les doter d'une très forte autonomie logistique. Leur déploiement lui-même requiert des préparatifs nécessairement longs et onéreux. Maintenir le caractère opérationnel sur le terrain et assurer la rotation en bon ordre de ces unités constituera un défi majeur pour les pays fournisseurs de contingents, leurs partenaires au sein de la communauté des pays donateurs et le Secrétariat de l'ONU.

Dans ce contexte, la lenteur avec laquelle les visas sont délivrés au personnel de la MINUAD est particulièrement préoccupante, estime le rapport.

Dans certains cas, le gouvernement soudanais décide de faciliter l'action de la MINUAD mais sa décision n'est pas appliquée au plan local. Ce constat vaut tout particulièrement pour la liberté de circulation du personnel de la MINUAD et le dédouanement de son matériel à l'entrée au Soudan.

Dans l'ensemble toutefois, la coopération de Khartoum avec la Mission s'est considérablement améliorée et le mécanisme tripartite est devenu un instrument très efficace d'identification et de résolution des problèmes opérationnels auxquels se heurte la Mission.

La MINUAD a consacré une part considérable de son énergie au cours de ses 18 premiers mois d'existence à régler les problèmes énormes que pose le déploiement d'unités autonomes au Darfour et à essayer de nouer des relations de travail productives et transparentes avec le gouvernement, ajoute le rapport.

Cet état de choses commence à changer. Le nombre des unités déployées a augmenté régulièrement et continuera de le faire.

« Nous comptons que toutes les unités qui nous ont été promises seront en place et pleinement opérationnelles d'ici au 31 décembre 2009, ce qui représentera 92% de l'effectif total autorisé de la Mission. Parallèlement, l'efficacité des dispositifs mis en place pour faciliter la collaboration avec le gouvernement s'accroît avec le temps. Ces deux développements permettront à la MINUAD de consacrer plus de temps à l'exécution de son mandat et moins de temps à résoudre ses problèmes de déploiement », souligne Ban Ki-moon.

Dans ce contexte, la Mission continuera d'avoir pour priorité la protection des civils et le soutien à apporter à l'acheminement de l'aide humanitaire, ajoute-t-il.

L'environnement dans lequel la MINUAD opère s'est profondément transformé depuis la création de la Mission. Les campagnes de violences massives commises sur un territoire étendu et durant une période prolongée sont maintenant plus rares. De nombreux camps de personnes déplacées, dont certains ont déjà cinq ans d'existence, sont maintenant solidement retranchés, tandis que, des retours spontanés se produisent vers certaines localités, à petite échelle certes, mais régulièrement. Ces évolutions imposent à la MINUAD et à la communauté internationale de prendre en compte les nouvelles conditions de sécurité au Darfour, de s'y adapter et d'agir en conséquence, selon rapport.

Ceci dit, la situation des civils au Darfour reste profondément préoccupante, avec 2,6 millions de personnes déplacées qui ne peuvent retourner chez elles et environ 4,7 millions de personnes qui ont besoin d'être aidées. Entre-temps, le banditisme et les violences sexuelles restent un fléau pour les civils dans tout le Darfour.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le chef des opérations de maintien de la paix au Darfour

Le Secrétaire général adjoint des Nations Unies pour les opérations de maintien de la paix, Alain Le Roy, a effectué lundi et mardi une visite de deux jours au Darfour, a indiquéla porte-parole adjointe du Secrétaire général.