Le fonds humanitaire de l'ONU accorde 7 millions de dollars d'aide pour la RDC

17 juillet 2009

Environ 250.000 personnes dans les provinces troublées du Nord Kivu et du Sud Kivu en République Démocratique du Congo (RDC) recevront l'assistance d'urgence dont ils ont besoin grâce à une allocation de 7 millions de dollars du Fonds central d'intervention des Nations Unies pour les urgences humanitaires (CERF), a annoncé vendredi le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA).

Environ 250.000 personnes dans les provinces troublées du Nord Kivu et du Sud Kivu en République Démocratique du Congo (RDC) recevront l'assistance d'urgence dont ils ont besoin grâce à une allocation de 7 millions de dollars du Fonds central d'intervention des Nations Unies pour les urgences humanitaires (CERF), a annoncé vendredi le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA).

Avec les autorités gouvernementales, les agences humanitaires des Nations Unies travaillent pour apporter aux familles nécessiteuses des produits de base, notamment les abris d'urgence, l'eau et l'assainissement, les soins médicaux primaires, l'éducation ainsi que l'assistance aux victimes des violences sexuelles et celles basées sur le genre, précise OCHA dans un communiqué.

« La montée de la violence perpétrée par le FDLR, un groupe armé étranger ainsi que par certains éléments incontrôlés de l'armée congolaise a déplacé des milliers de familles, dont la plupart s'étaient déjà déplacées plusieurs fois. Cette allocation aidera les agences de l'ONU et leurs partenaires à dépêcher une aide d'urgence aux gens qui en ont désespérément besoin», a dit à Kinshasa le coordonnateur humanitaire, Ross Mountain.

Quatre millions de dollars assisteront 43.000 familles déplacées sous forme d'aide de base et de biens non-alimentaires à travers le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF). 2,5 millions de dollars serviront à l'approvisionnement en eau potable pour 250.000 personnes – également à travers l'UNICEF – dans plusieurs endroits gravement affectés par les conflits dans les territoires de Walikale et Lubero, où les maladies d'origine hydrique ont doublé au cours des derniers mois. Et 500.000 dollars appuieront les efforts de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour rendre les soins primaires accessibles à 170.000 personnes, dont 3.200 enfants de moins de cinq ans. Cette allocation servira à l'achat des kits santé qui seront utilisés dans 10 cliniques.

Les affrontements militaires entre l'armée congolaise (FARDC) et les Forces Démocratiques de Libération du Rwanda (FDLR) ainsi que l'insécurité généralisée au Nord et Sud Kivu ont causé beaucoup de déplacements internes depuis janvier 2009. On estime aujourd'hui à près de 1,6 million le nombre de personnes déplacées internes dans les Kivus.

L'allocation du CERF est une réponse à l'appel d'urgence spécial de 38 millions de dollars lancé le 17 juin pour renforcer l'action humanitaire dans les Kivus. 18 millions de dollars de cet appel ne sont pas encore mobilisés.

Le CERF a été établi en 2006 pour faciliter et rationaliser le financement des urgences humanitaires. Depuis lors, plus de 100 États membres et bailleurs de secteur privé ont déjà contribué pour 1,5 milliard de dollars à ce fonds géré par OCHA. Avec une allocation de l'ordre de 144.5 millions de dollars, la RDC a reçu plus de fonds du CERF que tout autre pays dans le monde au cours de trois dernières années.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

RDC : Inquiétudes concernant la situation humanitaire et les droits de l'homme

Les opérations menées pour démanteler les groupes armés opérant dans l'Est de la République démocratique du Congo (RDC) suscitent des inquiétudes, notamment quant à leur impact humanitaire sur les civils, a déclaré vendredi devant le Conseil de sécurité, le Représentant spécial du Secrétaire général en RDC, Alan Doss, estimant qu'il fallait aussi agir contre les auteurs de violences.