Journée de la population : Ban appelle à promouvoir les droits des femmes et des filles

10 juillet 2009

A l'occasion de la Journée mondiale de la population célébrée le 11 juillet, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, appelle à promouvoir les droits des femmes et des filles pour qu'elles puissent contribuer au relèvement et à la croissance économiques.

« J'exhorte tous les dirigeants à permettre aux femmes de pouvoir continuer à gagner leur vie, à scolariser leurs filles et à accéder à des informations et des services en matière de santé procréative, notamment de planification familiale volontaire », dit M. Ban dans un message.

Le Secrétaire général note que « lorsque les revenus des ménages diminuent, ce sont les filles qui risquent le plus de devoir abandonner leurs études ». « Quand les profits diminuent, ce sont les femmes qui risquent le plus de perdre leur emploi et leur source de revenus. Lorsque les systèmes de santé chancèlent, ce sont les femmes qui risquent d'être privées de soins lors de l'accouchement », ajoute-t-il.

« L'investissement dans l'éducation des filles est, comme on le sait, rentable. Avec de l'instruction, les filles ont plus de chances d'avoir de meilleurs salaires et de trouver de meilleurs emplois, d'avoir moins d'enfants mais des enfants en bonne santé et d'accoucher dans des conditions plus favorables », souligne le Secrétaire général.

Il juge également qu'en investissant dans la promotion de la santé des femmes, en particulier la médecine procréative, on peut espérer non seulement sauver la vie d'un demi-million de mères mais aussi gagner quelque 15 milliards de dollars de productivité chaque année.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

La solidarité est au coeur des problèmes de santé mondiaux - Ban

La solidarité mondiale doit être au coeur de la réponse à la crise actuelle de la grippe A(H1N1), a plaidé mardi le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, devant l'Assemblée mondiale de la santé, à Genève.