L'ONUCI marque l'anniversaire de la résolution contre les violences sexuelles

1 juillet 2009

L'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI) a célébré mardi avec des représentants de la société civile de l'Ouest du pays le premier anniversaire de la résolution 1820 du Conseil de sécurité sur les violences basées sur le genre.

La commémoration a eu lieu à Danané, située à 626 Km au nord-ouest d'Abidjan. Le chef de l'Unité Genre de l'ONUCI, Eva Dalak, a indiqué que la célébration devait permettre aux organisations locales, nationales et internationales, œuvrant dans le domaine des violences basées sur le genre, d'être plus efficaces sur le terrain.

L'événement visait aussi à informer les populations sur les actions à mener et les structures à approcher devant un cas de violation.

Le maire de Danané, Miamin Gbato, a indiqué que la résolution était une révolution dans le traitement et le respect de la femme.

Le Préfet du département, Sékou Konaté, a, lui-même, demandé pardon aux femmes de Danané pour les atrocités subies lors de la crise, expliquant que cela était, en partie, lié à la proximité de cette ville avec le Liberia voisin, qui avait connu des atrocités similaires.

Plusieurs ONG et les différentes sections de l'ONUCI ont échangé avec la population, qui à son tour a rendu des témoignages, chanté et réalisé des sketches pour souligner les souffrances endurées pendant la crise. Un match de football féminin a été remporté par les femmes de Danané sur celles de Zouan Hounien (2-0).

Environ 3000 personnes, dont une grande majorité de femmes, ont participé à cette célébration initiée par la Section Genre de l'ONUCI, en collaboration avec des ONG et le Ministère de la Famille, de la Femme et des Affaires Sociales.

Par ailleurs, l'ONUCI a annoncé que journalistes et membres de la société civile de la région du Bas Sassandra avaient décidé de créer un réseau des medias ainsi qu'un comité de vigilance, à l'issue d'un atelier sur l'impact des médias sur la cohésion sociale, organisé les 29 et 30 juin à San Pedro par la Mission.

Les deux organes, qui comprendront des représentants des médias et de la société civile ainsi que des personnes influentes de la région, ont pour but de combattre les rumeurs, de prévenir l'émergence de conflits locaux et de favoriser la concertation et l'échanges d'informations.

« Les résultats de vos réflexions doivent permettre de construire un seul peuple dans le Bas Sassandra. Ivoiriens de toutes origines, Burkinabés, Maliens, Guinéens, Togolais, Béninois, Libériens, nous devons nous considérer comme un seul peuple. Et c'est cela l'enjeu de cette rencontre de San Pedro », a souligné le Préfet de la région, Jacques N'Guessan Oboua, qui clôturait la formation.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.