L'Assemblée générale condamne le coup d'Etat au Honduras

30 juin 2009

L'Assemblée générale de l'ONU a condamné mardi le coup d'Etat commis ce week-end au Honduras, appelant à la restauration du président démocratiquement élu et du gouvernement constitutionnel.

Selon la presse, le président José Manuel Zelaya Rosales a été renversé par l'armée dimanche, à quelques heures de l'organisation d'un référendum consultant la population à propos d'un changement de la Constitution.

La résolution de l'Assemblée adoptée aujourd'hui, par acclamation, c'est-à-dire sans vote, déplorant le coup d'Etat, a été parrainée notamment par la Bolivie, le Venezuela, le Mexique et les Etats-Unis, parmi des dizaines d'autres.

Elle souligne que le seul gouvernement reconnu du Honduras est celui de M. Zelaya.

« C'est la participation des citoyens qui donne le pouvoir à la démocratie », a déclaré le président Zelaya, présent à l'Assemblée générale, où il a remercié l'ONU de son geste en faveur de la démocratie et de l'Etat de droit.

Dimanche, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, avait condamné le coup d'Etat.

« Le Secrétaire général exprime son ferme soutien aux institutions démocratiques du pays et condamne l'arrestation du président constitutionnel de la République », affirmait une déclaration transmise par sa porte-parole.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Honduras : Ban appelle à la réinstallation des représentants démocratiquement élus

Dans une déclaration faite dimanche, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, s'est déclaré profondément préoccupé par l'évolution de la situation au Honduras, appelant à la réinstallation des autorités démocratiquement élues.